Aller en bas

 :: Overland :: Miragestueux :: Oasis Attrayante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Violence] L'air de valse raisonnant au loin nous emplit de ... || Sakthys || Mission

avatar
PO : 284
Messages : 218
Date d'inscription : 14/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Détermination (Rouge vif)
Sam 3 Nov - 6:05
[hj: ce rp est la suite directe de devoir porter tes erreurs, Frisk est donc blessé.e, fatigué.e et moralement sur la corde raide, ce dont a profité Chara. Sa présence affermie fait que, pour le moment, Frisk a moins conscience de son état physique lamentable.]

Juste une danseL'autocar faisait un bruit de tous les diables, semblant sur le point de tomber en ruines à chaque nid de poule le brusquant, alors que tous les passagers tanguaient au rythme de ses vrombissements, presque indifférents à ces vibrations qui se rependaient dans tous leurs os. L'habitude, te dis-tu légèrement, alors que tes yeux observent les quelques autres passagers assis à différentes banquettes du véhicule, chacun gardant une distance poli avec les autres. Pas un bruit, pas une discussion, hormis les vrombissements du moteur et le bruit du sable ricochant sur la taule de l'engin. Tout le monde semble attendre la même chose avec une impatience presque palpable dans l'air : l'arrivée.

Tournant le regard vers la fenêtre sale, tu essaies de voir quelque chose à travers son verre couvert de poussière, mais tu n'arrives à rien distinguer, hormis des dunes infinies de sable chaud. Il n'y a que ça à voir sur des kilomètres. Habitue toi.

Pourquoi l'Oasis ? La distance, Frisk. Ici, nous ne connaissons personne, ou du moins plus depuis dix ans, alors tu n'as pas à t’inquiéter de ce genre de détails, tu peux te laisser aller. Pas de rencontre désagréable, pas de peur que quelqu'un connaisse ton entourage, moins de risque que cela revienne jusqu'à Toriel. Tu vois ? Je pense à toi. Ici, nous sommes totalement libres d'agir. Je sens une peur soudaine, comme un sursaut de conscience en toi, mais je l'étouffe aussi vite. Ne t'en fais donc de rien, Frisk. Je veux juste te montrer quelque chose. Nous nous sommes mis d'accord sur cela, n'est-ce pas ? Bien que je sois le.a plus d'accord des deux, c'est un fait. Mais cela viendra. Prends ton temps. Laisse-toi juste guider, pour le moment.

Enfin, les vrombissements infernaux s’arrêtent, dans un dernier sursaut, comme si la machine était arrivée au bout de sa vie. Le chauffeur se tourne vers vous, regardant un instant l'assemblée, comme s'il n'arrivait pas lui-même à revenir de ce que ses yeux voient. Des hybrides. Des monstres. Un humain. Baissant sa casquette, il hausse des épaules, semblant finalement décider qu'il s'en fiche. Il est juste payé pour vous amener, ici, après tout, pas pour avoir un avis politique...  

«L'oasis Attrayante, quinze minutes d’arrêt. »

Dit-il avant de descendre, suivi de près par une la plupart des passagers. Seuls, un ou deux restent, probablement vont-ils plus loin dans le circuit de l'infernale machine. Tu les plains un peu, alors que les vibrations en continuent on réveillé quelque peu les douleurs de ton dos qu'une large blessure coupe toujours, malgré les soins reçu. Laisse moi faire. Voilà, c'est mieux ainsi, non ? De nouveau, la douleur te semble toujours présente mais plus lointaine. Moins importante à tes yeux. Beaucoup moins.

Les quelques hybrides présents descendent les uns après les autres, tandis que tu regardes la scène, l'air détaché.e. Tu es très peu venu.e à Miragestueux. Enfin, si, une ou deux fois, mais toujours pour des raisons politiques. Pour sourire à la caméra ou lire un discours à la place d'Asgore. Parfois, vous restiez quelques jours, mais quand cela arrivait, c'était toujours à cause d'autres réceptions, d'autres discours, d'autres apparitions public. Finalement, tu n'avais presque jamais eu le temps de réellement visiter, sauf une ou deux fois, où tu avais fait le mur, trop curieux.se pour accepter d'attendre une prochaine fois...

En silence, tu mets la capuche du sweatshirt gris foncé que nous avons acheté avant notre départ, te levant à ton tour, avançant d'un pas lourd jusqu'à la sortie de l'autocar, sous l’œil observateur des quelques passagers restants, mais aucun ne semble pouvoir replacer ton visage dans un contexte. Tant mieux. Une capuche c'est toujours mieux, quand on a un visage trop connu.

Dehors l'air est chaud. Sec, te donnant presque envie de tousser, alors que le soleil te semble bien rude. Dur, même. Comment peut-on vivre à l'année ici ? Tu as l'impression d'être de retour à Calciterre... Le soleil en plus. Déjà tu sens la sueur doucement apparaître sur ton front, alors que tu l'essuies d'un revers de manche. La chaleur, ça n'a jamais été ton truc. Sauf peut-être en maillot de bain et sur une plage, à la limite...

Soudainement, un sanglot attire ton oreille, alors que tu tournes lentement la tête vers la source du bruit, les mains toujours dans les poches. Il y a une petite fille. Cinq, six ans peut-être, qui pleure à quelques mètres de là. Ses joues humides et son visage rouge lui donnant un air grotesque, presque sale, me faisant sourire, alors que tu t'approches. Cependant, une monstre à multiple bras arrive sur elle avant toi, cachant soudainement la petite chose à ta vue.
Elle est impressionnante, cette monstre...

« J'ai perdu ma maman.»

Entends-tu alors que tu te rapproches en silence, dans le dos du monstre, le pas soudainement plus léger, l'allure... Prédatrice. Une impression de déjà-vu, non ? Tu regardes un instant la scène entre la petite fille et la dame monstre, avant de t'approcher d'un autre pas. Et d'un autre. Et d'encore un autre. Jusqu’à ce que ton ombre soit sur eux. Et je souris.

« Je peux vous aider ? J'ai cru entendre que cette petite était perdu ? Je connais bien l'Oasis...»

C'est faux, mais on s'en fiche. Tout ce qu'on veut, c'est s'en mêler, suivre cette histoire. Tant mieux, cela m'aidera à te montrer ce pourquoi on est là...

©️ 2981 12289 0

_________________
Dog Sleep

Jusqu'ici tout va bien
Recette pour aller mieux. Répéter souvent ces trois phrases : Le bonheur n'existe pas. L'amour est impossible. Rien n'est grave.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PO : 188
Messages : 107
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre:
Sam 3 Nov - 23:35
L'air de valse raisonnant au loin nous emplit de ...L’avantage vivre à la Surface, c’était la Beauté extraordinaire de ce monde. L’Underworld avait son charme, mais quand on était Monstre, la nouveauté restait toujours plus merveilleuse et plus belle encore. En trois années de vie à la Surface, Sakthys n’avait toujours pas vu tout ce que ce monde pouvait réserver. Miragestueux. Un endroit où Mirage et Majestueux ne faisaient plus qu’Un. Un tout absolument magnifique. Un tout absolument fantastique. La Monstre n’était jamais venue dans ce coin du Monde. Passant le plus clair de son temps à Soleilevant où son appartement se trouvait, elle n’avait que rarement le temps de voyager autant. Mais quelques semaines de vacances étaient bien méritées. Elle revenait d’ailleurs un court séjour à Bois-Sur-Mer après avoir rencontré quelques clients intéressants, elle avait consigné ses notes et HOP! Vacances! Quelques semaines à vivre tranquillement.

La demoiselle n’avait cependant pas imaginé qu’il ferait aussi chaud dans un tel endroit. Et son corps, qui tolérait habituellement si bien le chaud comme le froid, transpirait. Le soleil tapait terriblement fort sur sa peau sombre, lui donnant presque l’impression de cuire directement sur place. Comment faisaient les Humains, avec leur petite peau si fragile et leur corps déjà si chaud, pour survivre ici? Sakthys n’en n’avait pas la moindre idée. Peut-être que si leur petite peau claire brûlait facilement, ils attiraient moins la chaleur de l’astre soleil que la peau noire de Sakthys. Mais quelle idée de naître avec une peau aussi sombre, aussi noire que du charbon!

Soupirant, la Monstre ramena sa crinière de poils blancs au-dessus de sa tête pour les nouer avec un élastique. Déjà, il ferait moins chaud. Mais elle regrettait tout ce poil qu’elle avait autour de la taille. La chaleur. Elle la supportait probablement mal parce qu’elle n’y était habituée. Son corps tempérait bien la plupart des températures, mais ici… Ouf! C’était plus extrême.
La Monstre découvrait la région à pied, songeant à prendre le prochain autocar qui allait passer pour se rendre plus loin. Mais près d’elle des bruits de pleurs se firent entendre, captant son attention. Son regard bleu et rose se posa alors sur la gamine. Une petite fille, toute blonde, toute adorable. Une enfant Humaine! Sakthys avait l’impression de devenir complètement gaga chaque fois qu’elle voyait un môme humain. Ils étaient si adooooorables!

« Mais qu’est-ce qui se passe? »

Elle avait parlé d’une voix douce, se déplaçant doucement devant l’enfant, s’accroupissant autant que ses pattes le lui permettait.

« J'ai perdu ma maman.»

Le pauvre chou!
La Monstre lança quelques « tchuuuuut, tchuuuuut » à la petite pour tenter de la calmer, lui tapotant doucement la tête.

« Je peux vous aider ? J'ai cru entendre que cette petite était perdu ? Je connais bien l'Oasis...»

Sakthys sursauta, se tournant vers la provenance de cette voix. Un… une? Une jeune fille? Ou un jeune garçon? Elle n’aurait pas pu le dire. La voix pouvait appartenir à l’un comme à l’autre. Le physique, pour ce qu’elle en voyait, était assez…. Indéterminable? Un sweatshirt gris. Une capuche. Ni très grand. Ni très petit. Il. Elle. Impossible à dire.

« Vraiment? Oh, j’apprécierais beaucoup! Je ne connais pas beaucoup la région. » dit-elle à l’intention de Frisk avant de se tourner vers la petite, pour sécher ses larmes d’une main. « À quoi ressemble ta maman? »

« C’est la plus belle du monde. »

Un sanglot étranglé qui n’aidait pas vraiment Sakthys et son.a sauveur.se. Se tournant vers l’inconnu, elle se redressa lentement.

« Je m’appelle Sakthys! Et si cela ne vous embête pas, je crois que j’accepterais votre offre pour m’aider. Je ne sais pas qui est la mère de cette petite et… enfin, tous ces Humains se ressemblent tous. Sans… vouloir vous offenser. Cette petite était dans l’autocar avec vous? »

Sakthys avait vu quelques passagers descendre, elle en avait déduit qu’iel venait aussi de cette direction. Mais la petite? Non. Elle était là avant. Se grattant la nuque, la demoiselle détailla un instant l’enfant et l’inconnu.e. L’inconnu.e était jeune et semblait parfaitement adorable! Quant à la petite Humaine… Sakthys craquait complètement pour cette enfant.

« Tu vois, mon ami.e va nous aider à trouver ta maman, ma jolie. » souffla-t-elle à la petite avant d’adresser un sourire reconnaissant à Frisk. « J’espère que vous avez une meilleure idée que moi de ce qui est une « maman la plus belle du monde », parce qu’à mes yeux, tous les Humains sont absolument superbes. J’ai beau vivre ici depuis quelques années, je ne m’habitue pas pour autant! Oh! Sa maman a peut-être la même couleur de cheveux! »

Elle dégrafa un morceau de tissus de ses poils et s’en servit pour essayer le visage de la fillette pour en chasser toute cette eau salée. Elle lui murmura quelques mots réconfortants. Après tout, ils allaient tentés de trouver sa maman! Sakthys ne pouvait pas la laisser en pleurs au beau milieu de la place! Et puisque cette autre personne se proposait pour aider, elle comptait bien en profiter! Iel ne pouvait pas être une mauvaise personne, après tout. Tout le monde n’aurait pas eu envie d’aider cette petite Humaine.            
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PO : 284
Messages : 218
Date d'inscription : 14/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Détermination (Rouge vif)
Dim 4 Nov - 6:33
Jouons le jeuLa monstre, Sakthys, ne connaît pas non plus l'Oasis. C'est le plus important que j'ai noté de ses paroles. Ça, et le fait qu'elle confonde tous les humains. Parfait, c'est plus simple de gagner sa confiance ainsi. Alors que nous sourions tranquillement à ses paroles, comme un encouragement qui n'en est pas un, nous l'écoutons silencieusement se présenter et exprimer ses doutes de pouvoir retrouver les parents de cette enfant seule. Une maman jolie, c'est vrai que cela n'aide pas.
Bien qu'elle dise ne pas différencier les humains, tu préfères garder ta capuche, préférant garder un certain anonymat, raison pour laquelle d'ailleurs, nous ne nous sommes pas présentés, esquivant cette étape avec un sourire. Ce n'est pas parce qu'elle les confond tous, que c'est forcément le cas de tous les habitants que nous croiseront ici. Tu as raison...

Cependant, quelque chose m'interpelle. Cette petite, une humaine ? Plissant les yeux, je lance un regard inquisiteur à cette gamine, qui détourne alors le regard, légèrement nerveuse. Une humaine à l'Oasis, pourquoi pas, une enfant humaine à l'Oasis... Permettez-moi d'en douter. Mes yeux continuent à fixer la gamine, qui gigote sur elle-même, comme si elle voulait dire quelque chose. Mais elle ne le dit pas, ce qui t'arrache un grognement agacé. Je déteste les enfants... Je ne comprends pas l'attachement que tu as pour eux, Frisk. Et à cet instant, tu ne comprends plus non plus...
Soupirant, tu t'agaces face à ce jeu de regard entre elle et moi. Voulant savoir le fin mot de l'histoire, tu attrapes son bras, le tirant vers nous sans ménagement, ce qui découvre son poignet, relevant des écailles multicolores constellant sa peau. On pourrait presque croire du bodypaint, tant elles sont fines et incrustés à sa peau, donnant presque une impression de lisseur, de douceur, le soleil leur donnant un magnifique éclat.
J'en étais sûr.e. La perfidie des hybrides en action. Ni humain, ni monstre...

«  AIE ! »

Crit-elle, ta faisant immédiatement lâcher son bras, tandis que tu lèves les mains en signe de paix, toujours ce petit sourire sur le visage, faussement désolé.e, alors que la fausse humaine va se cacher derrière la monstre, nous regardant comme... Comme elle devrait nous regarder. Cela te contrarie un peu, comme si quelque chose n'allait pas, mais encore une fois, je me contente de calmer tes doutes. Ça va aller.

« Je voulais juste m'assurer de quelque chose. » Dis-tu en guise d'excuses, tournant la tête vers la montre, désignant la gosse d'un signe de la tête. Ça risque d'être encore plus compliqué que vous ne le pensiez, ses parents pourraient être n'importe quoi. Et ressembler à n'importe quoi... »

Hybride, monstre, humain. J'opterai pour hybride, cela serait le plus commun à l'Oasis, mais rien n'est certain. En dix ans, certains monstres se sont laissé avoir par les attraits ignobles de l'humanité, allant jusqu'à s'accoupler avec. Quelle horreur. Et voilà ce qui en sort. Un être sans racine. Sans identité. Une erreur qu'il faudra supprimer.
Tu fronces de nouveau les sourcils. Quelque chose t'interpelle, mais tu n'arrives pas à mettre le doigt dessus. Et plus le temps passe, plus cette impression devient vague. Tant mieux.

« Tu habites ici ? Après une hésitation, te lançant un regard suspicieux, elle finit par hocher doucement de la tête. Bien, on a une piste, si elle est du coin, son parent doit la chercher. On recherche donc... Une femme peut-être blonde. Un monstre à écailles colorées, ou une hybride qui mélange un peu tout ça. Je hausse des épaules, sarcastique, prenant ta parole. On va y passer la journée... Mais on ne peut pas laisser cette gamine toute seule. »

Insistes-tu, plus pour moi que pour Sakthys. Soit Frisk. De toute façon, nous avons tout notre temps, l'après-midi arrive certes à sa moitié, mais il nous reste bien du temps avant de devoir rentrer. Enfin, si on rentre...
Remettant correctement ta capuche en place, tu regardes l'entrée de la ville qui se dessine devant vous. La petite a dû perdre sa mère dedans, ayant cherché à la retrouver, elle a dû continuer sa route, et finir ici. Comprenant qu'elle était perdue, et plutôt que s'aventurer dans le désert, elle a eu la bonne idée de s’arrêter pour pleurer. Et nous l'avons trouvé.
Remontons la rue, Frisk. L'enfant nous fera signe, quand elle reconnaîtra quelque chose. Peut-etre... Et au pire, on finira bien par trouver quelque chose. Ou quelqu'un.

« Sa mère doit la chercher. Cherchons donc une personne qui aurait l'air d'avoir perdu une gamine, peut-être ? À mon avis, ça court par les rues, enfin, j'espère... »

Laissant la monstre prendre la main de la petite fille, tu enfonces de nouveau tes mains dans la poche ventrale de ton sweat-shirt, tandis que nous avançons, d'un pas léger, levant quelques nuages de poussières à chaque pas. Je me tourne un instant, effectuant une pirouette, pour leur sourire, de façon faussement réconfortant, leur faisant même un clin d’œil, tandis que je mène la danse.

« Suivez le guide ! »

Oh oui. Suivez-moi...


©️ 2981 12289 0

_________________
Dog Sleep

Jusqu'ici tout va bien
Recette pour aller mieux. Répéter souvent ces trois phrases : Le bonheur n'existe pas. L'amour est impossible. Rien n'est grave.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PO : 188
Messages : 107
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre:
Lun 5 Nov - 23:13
L'air de valse raisonnant au loin nous emplit de ...Sakthys ne voyait pas complètement le visage de l’inconnu.e, sous sa capuche, mais cela lui importait peu. Iel avait sûrement oublié son chapeau et souhaitait se protéger du soleil qui tapait si fort. Pas étonnant, avec cette petite peau si fragile et blanche qu’il fallait protéger! Si Sakthys mourrait de chaleur sous ce soleil de plomb, elle n’avait jamais eu la moindre brûlure à cause de cet astre. Mais elle plaignait ce.tte pauvre Humain.e sous ce sweatshirt. Iel devait avoir encore plus chaud que la Monstre.
D’ailleurs, Frisk observait la petite d’une façon plutôt… intense. Cela semblait mettre mal à l’aise l’enfant. Pauvre petit chou! Sakthys pouvait comprendre qu’elle soit si mal à l’aise, mais l’inconnu.e voulait simplement aider! Iel cherchait peut-être un indice pour déterminer qui était la mère de cette adorable petite. La couleur de cheveux, de yeux, de peau, les traits…

C’était si compliqué à avec ces Humains qui avaient tous à peu près les mêmes caractéristiques! Sakthys soupira. Elle avait encore trop l’habitude des Monstres qui étaient tous si différents les uns des autres!
La Monstre devrait travailler ce détail, éventuellement. S’habituer à différencier les Humains…

«  AIE ! »

Sortant de ses rêveries, la demoiselle Monstre porta son regard sur la petite qui venait de crier. Apparemment, l’inconnu.e avait saisit son bras. Iel venait de dévoiler de toutes fines écailles colorées. Sakthys retint avec peine un cri de joie. Une toute petite Hybride si mignonne!

« Je voulais juste m'assurer de quelque chose. Ça risque d'être encore plus compliqué que vous ne le pensiez, ses parents pourraient être n'importe quoi. Et ressembler à n'importe quoi... »

La Monstre caressa doucement les cheveux de la petite. Elle semblait en vouloir à Frisk, la mini-Hybride… Lui avait-il réellement fait mal? Non. Les enfants avaient tendance à hurler tout le temps. Elle se souvenait encore de la fois où une collègue avait amener son fils à l’Usine d’Alcet pour lui faire visiter. La mère avait voulu l’entraîner vers la salle à manger quand le petit s’était mis à hurler qu’elle lui faisait mal… alors qu’elle ne l’avait même pas touché. Ah! Ces enfants et leur imagination…

« Allons, ma petite, cesse de faire cette tête, mon ami.e veut seulement t’aider! Tu es vraiment une adorable petite Hybride. Mais je sens que nous allons devoir travailler fort pour retrouver ta maman. »

Iel avait raison. Trouver la mère de cette petite allait être… difficile. Humaine. Monstre. Ou Hybride. Les possibilités étaient presque infinies! Même les écailles ne voulaient rien dire. Si la mère était Humaine, elle n’aurait pas d’écailles…

« Vous avez raison, cela complique les choses. Vous avez l’œil pour repérer les Hybrides, dites donc! Je ne m’en serais jamais doutée! Dommage que cela ne fasse que compliquer davantage les choses… »  ajouta-t-elle pour Frisk, pensive.

Sakthys tenta de se rappeler si elle avait déjà vu ce genre d’écaille, par le passé, chez un Monstre de l’Underworld. La petite avait moins de dix ans, mais l’un des deux parents pouvant être Monstre, la demoiselle le connaissait peut-être. Pourtant, rien ne lui rappelait de telles couleurs ou une telle finesse de détails chez aucun Monstre. Frisk en profita pour questionner la petite. Elle vivait ici. Tant mieux. Et Frisk avait raison, hors de question de laisser la petite seule! Sakthys acquiesça, convaincue qu’iel s’adressait à elle.

« Sa mère doit la chercher. Cherchons donc une personne qui aurait l'air d'avoir perdu une gamine, peut-être ? À mon avis, ça court par les rues, enfin, j'espère... »

« Effectivement… »  elle prit la main de la petite en lui faisant son plus beau sourire et suivit l’inconnu.e si généreux.se de les aider! Décidément, les Humains étaient nombreux à avoir un cœur en or. Tout le monde n’aurait pas nécessairement voulu donner un coup de main.

« Suivez le guide ! »

Elle emboîta le pas, prenant bien garde à suivre le rythme de la petite qui reniflait à ses côtés.

« Si j’étais sa mère, je serais probablement hystérique dans les rues à hurler et crier pour tenter de retrouver mon enfant… Monstre, Humaine ou Hybride, cette femme doit être paniquée. »

Suivant Frisk, Sakthys prêtait une oreille attentive. De temps en temps, elle murmurait à la petite de ne pas s’en faire, que son ami.e et elle allaient retrouver sa maman. Elle tenta même de soutirer à la petite quelques autres renseignements sur son parent, mais n’obtint rien de plus que la même réponse précédent « la plus belle maman du monde ». Faisait-elle simplement la différence entre un Monstre, et un Humain? Ou un Hybride? Peut-être pas. Pour elle, sa maman était peut-être simplement sa maman.
À quelques passants, la demoiselle s’informa concernant la petite Hybride. « La connaissez-vous? »  demandait-elle. Au moins, elle réussissait à obtenir des haussements d’épaules. Au pire, on l’envoya balader. Pf! Ces gens sans le moindre respect!

« Si certains pouvaient nous mettre dans bâtons dans les roues, ils le feraient rien que par plaisir. »  pesta-t-elle à l’intention de Frisk. « Désolée. Les Humains qui n’apprécient pas les Hybrides et les Monstres ont parfois tendance à me faire croire que ce monde est une cause perdue. Enfin… sans vouloir vous offenser. La plupart des Humains sont parfaitement fantastiques, mais ces exceptions me font parfois regretter d’être sortie de l’Underworld. »  elle soupira, avant de reprendre, avec un sourire à l’intention de Frisk : « J’apprécie vraiment ce vous faites pour m’aider à retrouver la mère de cette petite. Vos parents doivent être fier de vous! »

Elle avait du mal à lui donner un âge précis, mais iel ne semblait pas avoir plus d’une vingtaine d’années. Peut-être moins. Dans tous les cas, pour Sakthys, c’était un.e bon.ne Humain.e, prêt.e à aider les autres.

« Regardez, là-bas… Je crois que nous avons trouvé cette fameuse maman… »

À quelques rues, une jeune femme pleurait. Ses bras nus étaient recouverts des mêmes écailles étincelantes que la petite. Une Hybride, elle aussi. Entraînant la petite et Frisk, Sakthys s’approcha de la jeune femme, tout sourire, poussant doucement l’enfant vers sa mère.

« OHHH! Vous avez trouvé ma fille! Oh bon sang! Merci! Merci! Merci! Son imbécile de père devait la déposer chez moi, mais au lieu de cela, il l’a foutu dans le premier autocar partant de chez lui. Cet imbécile! Elle n’a même pas encore six ans et il me la balance toute seule dans l’un de ces véhicules sans me prévenir! Écoutez… Pour vous remercier, venez donc chez moi! J’ai de quoi vous préparer à dîner. Qu’en dites-vous? »

Sakthys se tourna vers Frisk. Elle, elle avait toute sa journée, mais lui.elle? Et elle ne voulait pas s’inviter toute seule chez cette femme. Non pas qu’une Hybride la mettre mal à l’aise, mais Frisk avait beaucoup aidé! S’il n’avait pas eu de soupçon concernant les écailles de la petite, Sakthys aurait cherché longtemps cette femme…

« Qu’en pensez-vous, mon ami.e? Je vous suis. Après tout, c’est vous qui avez trouvé l’hybridation de la petite. Vous avez été fantastique! Absolument fantastique! Vous aviez raison, de ne pas vouloir laisser cette petite seule. Moi-même je vous dois mes plus sincères remerciements! Un jour, je vous rendrai la pareille. Je vous filerai le numéro de mon overphone. S’il y a quoi que ce soit, vous n’aurez qu’à m’appeler! »

Pour Frisk, elle aurait fait n’importe quoi. À ses yeux, son aide avait été plus que précieuse. Et voir cette mère étreindre avec autant d’amour cette petite qui sanglotait… Sakthys en avait les larmes aux yeux.                
©️ 2981 12289 0

Pfiouuu, j'ai tenté de ne pas me mélanger dans les "Iel", j'espère avoir réussit! X)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PO : 284
Messages : 218
Date d'inscription : 14/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Détermination (Rouge vif)
Dim 11 Nov - 0:05
Il en reste trois...Sakthys a raison. Nous devrions chercher quelqu'un semblant au bord du gouffre. Voilà qui devrait être facile à repérer, n'est-ce pas ? L'oasis est différente des autres endroits où l'on peut voir des hybrides à profusions : ici ils sont heureux. Ici, ils sont libres d'être eux même. Voilà pourquoi un visage triste ne saurait pas se fondre dans la masse. Pas dans cette ville, en tout cas...

Tournant le regard, tu écoutes tes deux suivantes discuter, alors que la monstre cherche à en apprendre plus sur la mère de l'enfant, en vain. Cette enfant n'a rien à nous dire de sa mère que nous sachions déjà, comme si son amour pour elle éclipsait tout début de description à ses yeux. Preuve évidente, encore une fois, que les sentiments affaiblissent l'esprit. Je te plains Frisk, tu sais ? Être ainsi tout.e plein.e de ces choses complexes qui te freinent et de gênent, te ralentissant au lieu de t'aider à t'élever. Mais ne t'en fais pas, bientôt, je trouverai une solution à ton problème... C'est pour toi que nous le faisons, tu sais?

Laissant Sakthys essayer de trouver quelqu'un qui pourrait vous renseigner sur la gamine, tu regardes la scène, détaché.e, comme si l'idée de la retrouver ne t’intéressait plus tant que cela, une fois plus personne pour regarder ton jeu de scène. Il y a bien l'enfant qui nous fixe, du coin de l’œil, mais à peine lui lançais-je un sourire qu'elle détourne le regard, comme si elle craignait tout autant qu'elle cherchait à attirer notre attention. Amusante, non ? Dommage que nous n'ayons pas le temps de nous amuser, pour le moment...

La monstre peste sur le peu de coopération que nous obtenons de la foule, tandis que j'hausse mollement des épaules, étant aussi peu sûr.e qu'elle qu'il y est quelque chose à tirer de l’union monstre-humains. Elle a raison, tu sais. Tout ce que vous faites, tout ce que vous essayez de construire depuis dix ans n'est qu'une cause perdue d'avance, un mensonge dont tout le monde essaie de se convaincre en oubliant qu'il repose uniquement sur du vent. Les monstres et les humains finiront de nouveau par se battre, et cette fois, je doute qu'ils refassent la même erreur. En soit, cela m'importe peu. Je me fiche parfaitement de l'issue d'une guerre, ce genre de débat est désormais bien en dessous de ma personne, de mes intérêts. Tout ce que je veux, c'est détruire l'humanité. Puis ce monde, peut-être, sur ce point, je ne suis pas encore fixé.e. Qu'est-ce que tu en penses, toi, Frisk ?

Comme répondant à la fois à ma question et aux remerciements de la monstre pour l'aider que tu lui apportes malgré que tu sois Humain, tu grognes vaguement, dodelinant doucement de la tête, comme si tu réfléchissais. Tu cherches comment tu aimerais que tout cela finisse. Mais tu ne trouves pas de réponse. Tout semble avoir disparu.
Il te semble que tu voulais... Que tu voulais quoi ? Tu essaies, c'est comme si tu l'avais au bout de la langue, mais cela t'échappe, restant hors de ta portée, comme c'est étrange. C'est comme si tu étais coincé entre l'instant séparant le sommeil du réveil, englué.e dans ces quelques secondes qui sépare l’irréel du réel. Et dans cet infini espace temps, tu sombres. Doucement. Sûrement. Ce n'est pas grave si tu ne sais pas ce que tu veux, Frisk. Moi je le sais pour deux...

«  C'est un plaisir de vous aider, Sakthys. J'espère que vous saurez me rendre la pareille le moment venu... »

Dis-je en lui souriant de toutes tes dents, lui adressant un clin d’œil amusé, comme si cela était des paroles sans sens. Ce n'est pas mon genre, mais c'est assez le tien pour que cela semble logique, cohérent avec ta façon d'être, avec tes paroles toujours trop charmeuses, derrières lesquelles tu caches tes peurs et tes doutes.
Cependant, tu reprends tes fils alors que la mère tant recherchée apparaît enfin, toute en larme et en désespoir, comme nous l'espérions. C'est une hybride. Une horreur d'hybride. Voilà qui rendra notre travail plus... Simple. Tes mains se serrent dans ta poche sous ma colère.

Tandis que tu avances, d'un pas traînant, la petite fille court vers sa mère, criant pour l'interpeller alors que la femme hybride relève soudainement la tête, se levant d'un bon pour courir à son tour vers son abjecte progéniture, qu'elle attrape, la faisant voler dans les airs avec tant de soulagement et de joie que cela t'arrache un sourire. Tu es heureux.se . Pourquoi ? Qu'est-ce que leur soulagement t'apporte, Frisk ? Ne te réjouis pas du bonheur des autres, focalise toi uniquement sur le nôtre...

La mère abjecte se confond en remerciements et en larmes, nous invitant même à dîner chez elle, pour nous remercier. Quelle délicate attention, dite-moi... L'idée me plaît. En fait, cela va parfaitement avec ce que je voulais te montrer. Cela sera peut-être même plus simple, comme ça. Une nouvelle fois, tu fronces les sourcils, certain.e pendant un instant que tu devrais refuser... Avant d'oublier pourquoi. N'y penses pas trop, d'accord ?

Sakthys attend notre réponse, toute tournée qu'elle est vers nous. Manifestement, elle n'avait aucune envie d'y aller seule. Cela nous ferait donc qu'il y en aurait trois ? Délicat, mais faisable. Accepte Frisk, profite du repas, je m'occuperai du reste. Passant une main dans tes cheveux, comme si tu essayais toujours de te rappeler de quelque chose, tu fronces les sourcils, semblant, l'espace d'un instant, quelque peu perdu.e. Tout va bien, combien de fois me faudra-t-il te le répéter ? Une chance que je sois d'une infinie patience...

« Eh bien, je... J-e n'ai rien de prévu non plus...  »

Puis, tandis que Sakthys propose de te rendre la pareille, je souris, amusé.e par son offre. Va pour un numéro - même si je doute qu'il aura le temps d'être utile. Toi, tu es heureux.se, tout.e en joie d'avoir pu aider quelqu'un, toute en allégresse de te voir ainsi offrir l'overphone d'une nouvelle personne, sortant alors le tient pour noter son numéro, tout en offrant le tient. Tu souris.

« Je m'appelle Frisk. Je... Je suis content.e d'avoir pu vous... Tu cherches le mot. Il t'échappe un instant. Mais tu arrives à le saisir malgré mes efforts. Vous aider, vraiment.

À quoi joues-tu ? L'équilibre reste délicat. Il suffit que je m'éloigne un instant, pour que tu reprennes tes mauvaises habitudes. La bonté n'apporte rien Frisk, hormis la faiblesse. Cependant le mal est fait, alors que la femme hybride pose une main devant sa bouche, l'air surprise, tandis qu'elle t'examine comme si elle te voyait réellement, cette fois. Voilà, elle vient de replacer son visage. Félicitation...

- Vous êtes...

- Ah... Ouais. Évitons le sujet, 'voulez bien ?

Dis-tu, passant une main gênée dans tes cheveux, alors que tu n'as aucune envie de laisser le sujet retomber sur la table. L'ambassadeur.drice des monstres, l'enfant qui fit tomber la barrière, bref, on sait tous qui tu es. Et c'est beaucoup trop de poids pour tes petites épaules fatiguées, je le conçois. Allez, redonne moi la main, Frisk, je m'occupe de ce point.

- Oh je comprends ! Ce sera en tout cas un honneur de vous avoir à ma table.

- Et bien j'accepte alors ! J'ai une faim de loup... Et je n'ai jamais mangé hybride.

Dis-je avec un clin d’œil, tournant une nouvelle fois sur moi-même comme emporté.e par la joie du moment avant de me stopper face à Sakthys, faisant sourire la femme hybride, qui semble prendre cela comme un compliment, et mes paroles comme une plaisanterie d'enfant. Pauvre sotte. Prenant les mains de la monstre, les serrant, je lui offre mon plus beau sourire, tandis que ma capuche tombe, révélant un regard dorée, dont l'éclat rouge ne peut lui échapper, alors que mon regard se fixe dans le sien.

- Et j'espère que vous viendrez, je compte bien vous dévorer vous aussi ! »

Dis-je en riant, reprenant ton air charmeur, disant cela comme on dirait une blague légère, sans conséquence. Sans importance. Ah, qu'est-ce qu'on s'amuse, hein, Frisk ? J'espère que tu vas jouer, toi aussi, quand le moment viendra...

©️ 2981 12289 0

_________________
Dog Sleep

Jusqu'ici tout va bien
Recette pour aller mieux. Répéter souvent ces trois phrases : Le bonheur n'existe pas. L'amour est impossible. Rien n'est grave.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PO : 188
Messages : 107
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre:
Dim 11 Nov - 21:18
L'air de valse raisonnant au loin nous emplit de ...«  C'est un plaisir de vous aider, Sakthys. J'espère que vous saurez me rendre la pareille le moment venu... »

« Bien entendu! Je suis une Monstre de principe, je serais bien peu recommandable si je ne vous rendais pas la pareille un jour. C’est la moindre des choses. » fit-elle, très sérieuse.

Si l’inconnu.e avait semblé prendre cela davantage pour une blague, pour la Monstre, c’était une promesse des plus sérieuses. Elle n’hésiterait pas à aider cette jeune personne en retour de toute cette aide. Sakthys était une Monstre qui aimait beaucoup ce principe du « donnant-donnant ». Si on l’aidait, elle aidait en retour. C’était tout aussi simple. Un bon échange de services. Et puis iel prenait de son temps pour filer un coup de main, ce n’était pas rien. À elle, une Monstre! Iel aurait très bien la laisser se débrouiller seule. Même chose lorsqu’iel avait constaté que la petite était une mini-hybride. Pourtant… iel était resté.e.

Et la petite ayant retrouvée sa maman, Sakthys était d’autant plus ravie d’avoir pu avoir Frisk à ses côtés. Le fait de ne pas chercher seule, ça avait été une bonne chose. Iel était un peu étrange, mais assez sympathique. Pas très bavard.e, mais en même temps, Sakthys avait tendance à parler pour deux.
Et avec cette invitation à manger de la part de la mère de la petite… Sakthys ne voulait pas en profiter toute seule. D’abord parce que l’inconnu.e l’avait supporté, mais aussi parce qu’elle ne se sentait pas nécessairement très à l’aise d’accepter si la seconde moitié du duo se désistait.

Lorsqu’iel annonça qu’iel n’avait rien de prévu, Sakthys sourit de toutes ses dents. Et elle lui donna aussi au passage le numéro de son overphone. En cas de besoin, iel pourrait contacter Sakthys n’importe quand. La Monstre se ferait un plaisir de lui accorder un coup de main, quel qu’il soit! Elle lui devait bien cela. La demoiselle nota au passage le numéro de… Frisk. Frisk? L’Ambassadeur des Monstres?

- Vous êtes...

- Ah... Ouais. Évitons le sujet, 'voulez bien ?

La mère Hybride semblait aussi surprise que Sakthys. Elles échangèrent d’ailleurs un regard, Sakthys l’air de dire « Je n’en savais rien! ». Frisk. La personne, l’enfant qui avait libéré les Monstres. Jamais la demoiselle sombre n’aurait cru qu’elle rencontrerait un jour ce personnage si important. D’un coup, Sakthys se sentait… toute petite. Frisk. S’iel savait à quel point iel avait changé sa vie… Non… Iel le savait. Mais Sakthys avait l’impression de vivre une sorte de rêve éveillé. Rencontrer le.a véritable Frisk!

- Oh je comprends ! Ce sera en tout cas un honneur de vous avoir à ma table.

- Et bien j'accepte alors ! J'ai une faim de loup... Et je n'ai jamais mangé hybride.

Sakthys ne sembla revenir à la réalité que quand les mains chaudes de l’Ambassadeur des Monstres toucha les siennes. La capuche tombante, dévoilant son visage. Oui… c’était Frisk…

« Frisk… » un souffle, à peine plus qu’un murmure.

Un regard doré à l’éclat rouge. Un visage si… androgyne. Si… jeune.

- Et j'espère que vous viendrez, je compte bien vous dévorer vous aussi ! »

L’espace d’un court instant, Sakthys n’eut aucune réaction. Comme si l’information mettait du temps à se rendre à son cerveau. Elle semblait encore trop impressionnée pour réalisée pleinement ce qui se passait.
Lorsqu’enfin elle éclata de rire, la demoiselle offrit son plus beau sourire à Frisk.

« Me dévorer? On m’avait dit que vous aimiez flirter, mais je n’en n’ai jamais cru un seul mot. Je crois que je me suis trompée. » dit-elle entre deux éclats de rire. « Je viendrai, Frisk. Et ce sera avec le plus grand plaisir! »

Partout où Frisk voudrait bien l’amener, elle irait. Cet.te enfant… ce.tte jeune adulte avait sauvé tous les Monstres de l’Underworld, après tout. Elle lui devait bien plus qu’à n’importe qui d’autre.

« Je ne pensais pas avoir la chance de vous rencontrer un jour. Je… merci… pour tout ce que vous avez fait pour nous. Je… Vous avez fait tellement pour nous… »

L’émotion se ressentait dans sa main. Deux autres mains vinrent serrer avec douceur celles de Frisk qui tenait les siennes. Si elle ne s’était pas sentie aussi gênée, elle l’aurait probablement serré.e contre elle. Sakthys ne fit pas durer trop longtemps non plus le contact de ses mains. Elle savait qu’iel n’était pas un pauvre petit être fragile, pour autant, connaissant sa tendance à la maladresse, elle préférait éviter d’en venir à blesser l’Humain.e.

« Venez! Ma maison n’est pas très loin d’ici. »

La maman avait séché ses larmes. La petite aussi. Il lui arrivait parfois de regarder Frisk comme un être étrange. Peut-être ne comprenait-elle pas à quel point cet.te Humain.e-là était important.e. Elle était, la petite Hybride, trop jeune pour comprendre, à n’en pas douter.
La femme Hybride, la main de sa fille dans la sienne, leur montra le chemin. Sakthys suivit, entraînant Frisk. Sa queue d’anguille se balançait joyeusement derrière elle. Il y avait longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi… euphorique. Rencontrer Frisk! Une chance totalement inouïe!

« Si on m’avait dit qu’un jour je rencontrerais Frisk… Nous aurions pu nous croiser, il y a dix ans, quand vous êtes arrivé sous le Mont Ebott. Vous avez été absolument fantastique! Je ne crois pas que tous les Monstres auront assez de toute une vie pour vous remercier. J’aimais l’Underworld, mais la Surface, c’est… vivifiant. Quand je pense que j’ai le numéro de votre overphone! » elle rougit, sous sa peau sombre, réalisant tout ce que cela impliquait. Iel avait gardé sa capuche pour ne pas se dévoiler… Iel avait attendu. « Désolée! J’ai l’impression d’être une petite étudiante qui rencontre son idole. »

Visiblement mal à l’aise d’un tel aveu, la Monstre passa une main dans sa tignasse blanche, reportant son regard sur la mère Hybride. Ils n’avaient marché que quelques minutes avant d’arriver à ladite maison. Sakthys laissa Frisk entrer le premier, le.a suivant, se penchant légèrement pour ne pas fracasser son front contre le cadrage de la porte.

« Oh… j’espère que je ne briserai rien… Oups! Pardon, désolée, Frisk. Je ne veux surtout pas vous assommer. »

Le petit portique était étroit. Et Sakthys tentait de déplacer sa lourde queue aux allures d’anguilles sans briser les bibelots ou les cadres sur les murs. Pour autant, cela ne l’empêcha pas de frôle la tête de Frisk.

« Pardon! Je suis d’une maladresse incroyable… surtout dans ces maisons si… petites… »

La mère Hybride semblait bien se marrer. Sakthys l’entendait rien, quelques pas plus loin. Elle ne la voyait pas, puisqu’elle était beaucoup trop occuper à ne pas assommer l’Humain.e.                   
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Overland :: Miragestueux :: Oasis Attrayante-
Sauter vers:
Ouvrir/Fermer la ChatBox