Aller en bas

 :: Hors RP :: Archives :: Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ces rencontres surprenantes [Toriel <3 ]

Sakthys
PO : 338
Messages : 166
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Faible
Sam 24 Nov - 17:55
Ces rencontres surprenantes...L’Underworld. Sakthys n’y avait pas remis les pieds depuis cette rencontre avec Sköll. L’endroit lui laissait un léger goût doux-amer, à présent. En particulier sa maison. Malgré tout, avec le temps, elle avait fini par se décider à retourner dans cet endroit. L’Underworld, après tout, c’était sa maison. Elle y avait passé le plus clair de sa vie, elle était chez elle ici.

Elle profita de cette visite sous le Mont Ebott pour se rendre chez ses parents. Sa mère l’avait accueilli avec joie, elle avait salué poliment son beau-père. Sa mère était resplendissante, son beau-père était toujours égal à lui-même. Les choses changeaient peu, malgré le temps qui passait. Sakthys gardait toujours contact avec sa tendre maman, discutant souvent avec elle, mais la voir pour de vrai, elle se sentait toute émue. En trois ans, elles ne s’étaient pas beaucoup côtoyées. Sakthys travaillait beaucoup et explorer et comprendre le monde des Humains n’était pas une chose facile.
Mais ni à sa mère, ni à son beau-père, elle ne parla de sa rencontre avec l’Hybride Chien. Elle leur donna des nouvelles d’Elisabeth et de Lélianna, mais s’en tint à cela uniquement.

Ils avaient partagé un repas et Sakthys s’était éclipsée avant que sa tendre maman ne trouve une raison pour la retenir en ces lieux. L’Underworld lui manquait, mais elle aimait trop la Surface pour revenir vivre à temps plein dans cet endroit. Et depuis sa discussion avec Lélianna, elle mourrait d’envie de découvrir les fameuses ruines où Frisk était tombé.e, dix ans plus tôt.

Une fois sur place, elle reste un moment à simplement observer l’endroit sans rien dire. Alors… c’était ici que tout avait commencé? L’endroit était… désert. En… ruine… Un vieux mannequin traînait dans un coin. Une sorte de mannequin d’entraînement. Sakthys l’effleura du bout de ses doigts. Le tissu était usé, sale et laid. Il était abandonné là depuis longtemps… comme toutes ces ruines.
Un bruit fit sursauter la Monstre qui se retourna vivement, lâchant le mannequin d’entraînement.

« Oh! Pardon, je croyais qu’il n’y avait personne! »

Il fallu un instant à Sakthys avant de comprendre ce qui se passait. Une Monstre qu’elle avait déjà vu quelque part… oh…

« OH! Madame Dreemurr, Votre Majesté, je.. oh! »

BAM. Le pauvre mannequin venait de tomber au sol, renversé par la queue maladroite de Sakthys. Se confondant en excuses, la Monstre ramassa le pauvre objet, mal à l’aise. Toriel Dreemurr. La mère adoptive de Frisk. Si cette femme n’était plus avec Asgore, elle restait pour beaucoup de Monstres la Reine des Monstres. Sakthys avait toujours vécu sa petite vie tranquillement, loin d’une quelconque royauté, mais de voir la véritable Toriel… elle avait un choc. Et elle ne semblait pas savoir comment se comporter non plus. Sa queue bougeait de façon désordonnée, au même titre que ses pensées.

« Pardon… Je ne pensais pas trouver qui que ce soit dans cet endroit. Encore moins… Vous. Euh… je… je suis Sakthys. Une amie de Lélianna, qui est amie avec Frisk, qui… Enfin, peu importe… Je suis désolée, je me perds moi-même dans mes… propres pensées… »

Un petit rire nerveux secoua la Monstre tandis qu’elle relâchait le mannequin de coton. Appartenait-il à Toriel? Peut-être. Devait-elle s’incliner? Devait-elle l’appeler « Votre Majesté »? Toriel Dreemurr… une véritable icône à ses yeux de Monstre. Sakthys se sentait aussi misérable qu’excitée. Une pauvre Monstre quelconque qui osait s’adresser à Toriel Dreemurr!

« Je… croyais vous étiez à la Surface, avec Frisk? »             
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Sam 24 Nov - 18:46
Au fur et à mesure des jours, petit à petit, je ressens une nostalgie d'une époque qui a duré de ma divorce avec Asgore à l'Undertale. C'était l'époque où j'étais la Gardienne des Ruines. A l'époque, j'accueillais les humains qui sont tombés dans le Mont Ebott, dont apparemment l'enfant de la Main de Fer en faisait partie. Je me souviens de chaque visage, mais je ne peux pas vraiment savoir lequel correspond à cet enfant. Afin de préserver la paix, je ne compte en parler à personne, seuls Frisk et nos amis le savent donc. D'ailleurs, j'ai déjà envoyé un SMS à Frisk pour lui prévenir.

Dont je parcours un chemin que je traverse une troisième fois de ma vie, à savoir entre le Château et les Ruines. La première fois c'était lorsque j'ai divorcé avec Asgore et que j'ai décidé de sauver les enfants, la deuxième fois c'est pour empêcher le combat entre Frisk et Asgore, et enfin cette troisième fois est par nostalgie. Je traverserai l'intégralité du chemin une quatrième fois pour retourner à l'Overland. De toute façon, ce chemin est long, mais je ne m'épuise pas. Je traverse le NOYAU, la chaleur de Calciterre, la noirceur des Chutes, le froid de Couveneige pour arriver aux Ruines.

C'est là que je rencontre à nouveau Flowey, qui semble être beaucoup moins meurtrier qu'avant, bien qu'il ne ressent toujours pas d'émotion. J'espère au moins qu'il s'est occupé des Boutons d'Or où tout enfant qui tombe dans le Trou atterrit ici. Je sais que les Boutons d'Or ne vont pas faner grâce à la pluie qui entre par le trou bien que la chute est très haute. C'est même pour ça que j'avais planté des Boutons d'Or sous ce trou.

Après m'être un peu occupé des Boutons d'Or, je fais demi-tour en traversant les épreuves que j'avais déjà mis. D'un coup, je vois un Monstre noir aux cheveux blancs, aux yeux roses et bleus avec des marques roses, trois paires de bras et une queue de salamandre. Elle se met à m'appeler "Madame Dreemurr", ce que j'ai l'habitude d'entendre car tous mes élèves m'appellent comme ça, puis "Votre Majesté", sauf que je déteste qu'on m'appelle comme ça car Asgore est Roi, et moi je ne veux pas être Reine avec lui après ce qu'il a fait. Je ne le montre pas, mais ça m'énerve.

La Monstre renverse sans faire exprès le mannequin qui permet d'entraîner les enfants à leur parler sans qu'ils n'aient recourt à la violence. Ce que je déteste, et donc je les fais comprendre qu'il n'y a aucun combat qu'on ne peut pas échapper. La femme ramasse le pauvre objet avant de me reparler.

Donc, ce monstre s'appelle Sakthys, une amie de Lélianna Constan, une de chanteuses que j'adore et Frisk m'a même offert son CD. Iel m'a déjà dit qu'iel l'a aidée pour garder ses deux fils. Mais je pensais pas que Frisk soit un(e) ami(e) à Lilou.

"Ne vous en faites pas, tout va bien."

C'est vrai que le mannequin a besoin d'un dépoussiérage, et en plus, je pense qu'il pourrait plutôt être emmené chez moi. Ça rappellera des souvenirs à Frisk, j'en suis sûre.

"J'y habite, oui, depuis dix ans. Mais je suis assez nostalgique de cet endroit. J'y habitais depuis qu'Asgore a pris la décision de déclarer la guerre aux Humains. Une décision horrible et lâche, que même sous le coup du chagrin on ne peut pas prendre sur un coup de tête. C'était à partir de là que je m'étais démis de mon rôle de Reine et que j'ai divorcé d'Asgore. J'étais devenue Gardienne des Ruines et je protégeais tous les enfants qui tombaient dans l'Underworld, dont Frisk est le dernier d'entre eux."

Je ne peux pas pardonner ce qu'Asgore a fait. Tous les enfants qui tombaient étaient coupables des crimes que ses parents n'auraient peut-être pas osé faire. Ils ont été exécuté pour que leur âme détruise la barrière. Si ce n'était pas Frisk qui tombait, il y aurait plus de peines et plus de souffrances qu'avant à cause de nombreux dégâts qu'Asgore aurait fait. La guerre est finie depuis que Frisk nous a libéré.
Revenir en haut Aller en bas
Sakthys
PO : 338
Messages : 166
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Faible
Dim 25 Nov - 15:14
Ces rencontres surprenantes...Toriel Dreemurr. Sakthys ne la détailla qu’un bref instant, craignait d’une manière quelconque de l’offenser. Une Monstre aux allures maternelles, au regard doux et qui inspirait immédiatement la confiance. Ces images télévisées où elle faisait parfois des apparitions avec Frisk ne lui rendait pas hommage. Toriel était magnifique. Bien plus que derrière quelques caméras. D’elle, il se dégageait une aura de douceur et de tendresse incroyable.

La nostalgie semblait avoir guidée les pas de Toriel jusqu’aux Ruines. À ses paroles, Sakthys n’eut aucun mal à comprendre qu’entre elle et Asgore, il y avait toujours énormément de tensions…
Toriel lui rappela aussi s’être démise de son rôle de Reine en divorçant du Roi. Sakthys se sentit rougir sous sa peau sombre, baissant la tête, telle une enfant prise en faute. Elle le savait. Elle savait que Toriel n’avait plus ce titre depuis des lustres, mais… c’était un rôle qui lui collait à la peau, parmi les Monstres. Sakthys l’avait toujours perçue, à ses yeux comme étant toujours la Reine légitime des Monstres.

« Pardon… Madame Dreemurr. Je ne voulais pas vous offenser. Mais ce rôle de Reine, même après tant d’années… les Monstres n’arrivent pas à l’oublier, qu’importe le temps. »

Elle ferait attention, cependant, pour ne pas recommencer avec les « Votre Majesté ». Sakthys passa une main dans ses cheveux blancs, visiblement gênée par le nombre incroyable de bêtises qu’elle avait pu faire en moins de cinq petites minutes.

« Je vous comprends d’être nostalgique de cet endroit. Il doit vous rappeler beaucoup de souvenirs… les bons comme les moins bons. » Trop d’enfants avaient aboutis ici avant Frisk. Beaucoup trop… « Asgore et vous… j’imagine que ça n’a pas dû être facile. Le chagrin, l’amour et la colère… ça nous pousse parfois à faire des choses horribles pour ce que l’on croit être une bonne chose. Le Roi… est un homme bon… malgré ses erreurs. »

Terrain glissant, sur lequel Sakthys s’aventurait. Asgore et Toriel, deux figures que la Monstre sombre respectait au plus haut point. Elle n’avait jamais rencontré aucun Dreemurr personnellement, mais elle n’avait jamais eu à se plaindre d’eux non plus. Tous deux avaient été bons pour les Monstres. Et si Sakthys n’approuvait pas les choix du Roi, elle pouvait difficilement l’en blâmer.

« Vous devez être fière de tout ce que Frisk a accompli, Vo… Madame Dreemurr. Iel est fantastique. Je… Je ne pensais jamais vous rencontrer un jour, mais… Merci. D’avoir aidé Frisk. D’avoir voulu aider les autres Humains aussi. »

Cette libération de l’Underworld, elle revenait en partie à Toriel, après tout. On louangeait souvent Frisk, mais la belle Monstre y était pour beaucoup dans toute cette histoire. Sakthys jeta un bref regard autour d’elle. Tous ces Humains… avaient-ils eut peur en tombant ici? Toriel avait dû trouver le temps bien long, seule, dans ces Ruines. Cet endroit devait lui faire plus de mal que de bien… seul Frisk avait été capable de survivre à cet endroit. À Asgore. Venir ici ne devait que lui rappeler tous ces autres enfants perdus.

« Madame Dreemurr? Vous voulez marcher un peu avec moi? J’avais envie de découvrir un peu cet endroit, avant de repartir pour la Surface. » une proposition toute seule, pour ne pas laisser la douce Monstre seule avec ses peines. « Vous voulez ramener ce mannequin d’entraînement? Je peux m’en charger, si vous le souhaitez, il n’est pas lourd. Et j’ai beaucoup trop de bras pour savoir quoi en faire. » rajouta-t-elle avec un petit sourire. « J’ai cru comprendre que vous aviez ouvert une école… Ça vous plait d’enseigner? Qu’est-ce que les enfants y apprennent? »

Sa curiosité faisait disparaître un peu sa gêne. Toriel Dreemurr… Voilà qu’elle, une petite Monstre ordinaire, une petite ingénieure quelconque, discutait avec LA Toriel Dreemurr! Elle avait peine à y croire.             
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Dim 25 Nov - 16:45
Même si je déteste qu'on me considère encore comme la Reine des Monstres, je suis habituée. Quand les Monstres des Ruines me voient, ils ne se sont pas empêché de m'appeler "Votre Majesté". Et si au début ça m'énervait car j'étais toujours en colère contre la décision horrible d'Asgore, j'ai fini par accepter qu'on m'appelle ainsi, même si avec ce nom, je me sens associée à Asgore.

"C'est normal. Malgré les siècles, je porte encore le Delta Rune, donc je suis encore une Dreemurr, l'ex-femme du Roi."

Là, je ne suis pas d'humeur joueuse. Je n'ai pas encore envie de faire des blagues. Je pense que je le ferais surtout devant Sans. Le Roi est bon, c'est un fait. Mais il est trop bon. Il cède à la facilité. Il aurait pu nous libérer plus vite et plus pacifiquement en ne récupérant qu'une seule âme pour passer la barrière et récupérer six autres âmes de personnes qui voulaient mourir ou se sacrifier, pour enfin revenir et briser cette barrière pacifiquement.

"Je le connais bon, oui. Il veut toujours se faire pardonner de ce qu'il a fait. Mais il a continué une guerre inutile par lâcheté, alors qu'une solution plus pacifique existait."

Je suis toujours fier de ce que Frisk fait. Je ne peux pas m'empêcher de sourire. Ça me rend plus heureuse de penser à mon fils. Après, j'ai appris à Frisk certaines choses essentielles, comme le fait qu'il n'y a aucun combat qu'il ne peut pas échapper.

"C'est vrai. Il n'aurait peut-être pas survécu si je n'étais pas là, ou alors Asgore serait mort car il n'accepterait sûrement aucune pitié, même s'il le mérite, aussi horrible soit-il. J'ai tout tenté pour les autres humains, aussi. Paix à leur âme."

La Monstre me propose d'aller marcher un peu avec elle. Ce que j'accepte sans problème. Si elle veut découvrir cet endroit, grand bien lui en fasse. Je montrerai même l'endroit où les enfants atterrissent. Aussi, elle se propose de ramener le mannequin d'entraînement.

"Bien sûr. De toute façon, dans ces Ruines, vous risqueriez de perdre sabot." je ris légèrement. "Et oui, vous pouvez porter ce mannequin. Ça rappellera aussi des souvenirs à Frisk. Pour l'école, oui, j'ai ouvert une école que Frisk elui-même a inauguré. Cette école s'appelle... "Tu-Toriel Magic School"." je ne peux pas m'empêcher de rire. J'aime ce nom et ce jeu de mots. "Enseigner est mon passe-temps favori et j'ai toujours rêvé d'être Institutrice. On y apprend la magie. D'ailleurs, suivez-moi, je vais vous montrer l'endroit où tout a commencé. Attention où vous mettez les sabots, d'ailleurs."

Bon, c'est facile à dire et à faire c'est sûrement plus dur. Mais les Ruines ne sont pas l'endroit idéal pour une personne maladroite. Je l'accompagne pour aller dans les Ruines. Ça va, ce n'est pas loin. D'ailleurs, il y a un endroit où il y a des piques qui se baissent sur le bon chemin.

"Cet endroit semble bloqué, mais il y a un chemin où si on marche sur la plaque, les piques se baissent. Je connais toujours le chemin par cœur, donc tout ce que je peux craindre pour vous, c'est par rapport à votre queue. Donc, vous permettez ?"

Je me mets derrière et je relève le bout de sa queue. Au cas où elle est maladroite. Elle est grande, mais ce n'est pas trop grave. Ensuite, je commence à la guider dans le chemin. Je prends le chemin où quand j'appuie sur les plaques, les piques se baissent.
Revenir en haut Aller en bas
Sakthys
PO : 338
Messages : 166
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Faible
Mar 27 Nov - 23:45
Ces rencontres surprenantes...Le Delta Rune? L’insigne royale… Son regard se porta sur l’emblème. Effectivement, Toriel l’arborait toujours. Et fièrement. Un emblème qui semblait faite pour cette merveilleuse Monstre, quoi qu’en disent les gens, quoi qu’en dise Toriel elle-même.

« Vous serez toujours la Reine des Monstres… Delta Rune ou pas. Ce n’est pas le fait de porter ou non un symbole qui détermine ce que vous êtes, dans votre cœur. »

Toriel… les Monstres l’aiment parce qu’elle était elle-même, tout simplement. Sakthys ne la connaissait pas personnellement, mais elle savait cette Monstre parfaitement à sa place sur un trône.
Quant à Asgore, la Dreemurr semblait indéfectible. À ses yeux, il restait encore responsable de cette guerre, responsable de la mort de tous ces enfants… Tout cela, pour quelques âmes… Des deux Dreemurr, Sakthys ignorait lequel des deux avait souffert le plus dans cette histoire. La Reine ne supportant pas les idées du Roi… ou le Roi, se croyant obligé d’agir ainsi pour sauver son peuple?

« Vous ne vous faites que du mal mutuellement, Votre Majesté… L’un et l’autre… vous souffrez depuis tellement longtemps… »

Depuis trop longtemps. Sakthys espérait pour les deux Monstres qu’un jour, ils parviendraient à faire la paix entre eux. La guerre était terminée, les Monstres libérés, les Hybrides mieux tolérés… Sans Frisk, sans toutes ces âmes… la guerre n’aurait peut-être jamais cessée. Si Asgore n’avait peut-être pas bien agit, il était difficile de le blâmer, même pour Sakthys. Il avait essayé de bien agir… Et pourtant, elle pouvait aussi comprendre la rancœur de Toriel. Elle qui avait aimé tous ses enfants… pour que les choses se terminent toujours aussi drastiquement.

Asgore aurait pu mourir? Comment?
Mourir… Sakthys eut un petit pincement au cœur à cette pensée. Pourquoi donc se sentait-elle à ce point touchée et bouleversée par cette idée? Elle ne le savait pas. La mort possible d’Asgore lui faisait-elle donc plus de peine que ce qu’elle l’aurait cru? Non, ce n’était pas cela…
Elle secoua la tête pour tenter de chasser cette sensation étrange. Elle détestait cette sensation qui la tiraillait depuis un moment déjà. Sans qu’elle ne pût jamais comprendre d’où cela pouvait provenir. Deux de ses mains sombres se posèrent sur ses épaules pour venir frictionner ses bras, comme si elle espérait se réchauffer. Sans succès.    

« Vous avez fait de votre mieux, avec les autres Humains… ne vous blâmez pas pour cela. Et… les choses n’auraient été que d’autant plus terribles si Asgore était… Frisk a été vraiment fantastique. Et vous aussi, Madame Dreemurr. »

L’étrange sensation se dissipa légèrement lorsque Toriel accepta finalement de l’accompagner dans les Ruines, étirant un large sourire sur le visage sombre de la demoiselle. Elle éclata même de rire à la blague de la Dreemurr, blague un peu étrange, mais pas pour autant mauvaise. Sakthys avait des sabots, après tout! Avec ses deux immenses mains, elle souleva délicatement le mannequin de coton. Ces bras-là était forts, ils arriveraient à porter ce petit mannequin d’entraînement. Il était aussi plus léger que ce qu’elle l’aurait cru.

« Tu-Toriel Magic School… » Sakthys répéta ses mots avant de se remettre à rire de nouveau. Elle avait mis quelques secondes avant de comprendre le jeu de mot, mais pour sa part, la Monstre sombre le trouvait absolument excellent! « Le nom de cette école est absolument amusant, Madame Dreemurr! Vous enseignez à toutes les races? Ça doit être fantastique de tous les voir apprendre la magie. Je suis heureuse de savoir que vous faites quelque chose qui vous plait… Vous le méritez. »

Attention là où allait mettre les sabots… difficile à faire pour une Monstre aussi délicate qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Mais Sakthys se contenta d’acquiescer. Elle ferait aussi attention que possible! Et si un.e enfant de huit ans avait été capable de traverser endroit, pourquoi pas elle?
Parce qu’elle n’était qu’une Monstre immense et empotée, peut-être…
Et que Frisk était brillant.e. Oh, Sakthys aussi, mais pas de la même manière.

"Cet endroit semble bloqué, mais il y a un chemin où si on marche sur la plaque, les piques se baissent. Je connais toujours le chemin par cœur, donc tout ce que je peux craindre pour vous, c'est par rapport à votre queue. Donc, vous permettez ?"

Une plaque pour abaisser les piques? Mais qui plaçait des piques dans un endroit pareil!

« Ma queue?... Oh… »

Un petit rire nerveux lui échappa tandis que la Dreemurr la lui soulevait. Elle se sentit rougir, mal à l’aise. Il fallait bien une Monstre comme Toriel pour déceler immédiatement le genre de bêtise dont cette queue était capable! La Monstre se laissa guider par Toriel, impressionnée par tout ce système avec les piques et les plaques. Frisk avait traversé tout cela…

« Ne vous sentez pas obligée de m’aider avec ma queue… elle… s’impatiente parfois, mais je ferai attention, ne vous inquiétez pas. J’ai surtout tendance à casser tout ce qui se trouve à proximité… »

Ça et se vautrer au sol et briser la plupart des objets qui pouvaient se briser et… Sakthys soupira. À part quand elle construisait ses petits robots à l’Usine, elle était d’une incapacité totale à ne pas faire de bêtise.
Tous ces pièges… Toriel en était-elle responsable? Les avait-elle posés? Non. Elle semblait trop douce pour cela.

« Vous n’êtes pas revenue souvent ici depuis que Frisk a brisé cette barrière, pas vrai? Ça doit vous faire étrange. Je dois avouer… que je ne m’attendais pas à tomber sur vous en venant ici. Je n’ai pas quitté l’Underworld depuis longtemps, mais j’aime y revenir… la nostalgie, j’imagine. Ça ne m’a jamais semblé être une prison… »

Mais pour Toriel, la Surface devait être un lieu beaucoup plus serein. Elle n’y avait les tombes de six enfants…

« Vous allez trouver cela étrange, mais… Je ne m’attendais pas à… « cela » en vous rencontrant… Enfin, ce que je veux dire, c’est que… vous, Asgore, Frisk… même tous ces Monstres qui ont pu être important dans le bris de cette barrière… je ne pensais pas vous rencontrer un jour. Et… vous êtes… absolument, tellement… charmante et adorable! Je ne sais pas, je m’attendais à… »

Elle soupira, mais ne compléta pas sa phrase, ni son idée. Elle se serait attendue à quelqu’un de moins accessible, de moins doux, de moins… de plus… hautain, peut-être? D’ailleurs, elle se demandait où Toriel pouvait bien la conduire, ainsi. La Dreemurr semblait connaître chaque petit coin de cet endroit.          
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Mer 28 Nov - 19:58
Je ne suis plus la Reine des Monstres depuis un temps. Cependant je peux l'être. Si jamais Asgore perd son trône que ce soit parce qu'il meurt ou parce qu'il est destitué, je n'hésiterai pas à le prendre. Le trône a une héritière, et c'est moi. Par contre, dans le cœur des autres Monstres, je suis encore Reine, car je l'étais jusqu'à la mort de mes deux enfants.

"Je pourrai toujours être officiellement la Reine des Monstres. Je le suis toujours dans votre cœur, mais les Humains et les Hybrides me connaissent beaucoup plus en tant que mère de l'Ambassadeur et Directrice de l'école de magie la plus connue de l'Overland. Pas en tant que Reine, et pour l'instant, c'est mieux comme ça."

Elle a bien raison. Asgore m'a fait souffrir avec cette décision, et il semblait prendre cette décision à contre-cœur. Mais même à contre-cœur, il pouvait éviter une guerre inutile. On ne fait une chose à contre-cœur que quand on n'a pas le choix. Asgore était encore Roi quand il exécutait six enfants, il pouvait annuler la guerre et prendre une décision plus pacifique. Il n'est pas Roi après les règles, mais il a la possibilité d'arrêter tout ça. Il ne l'a pas fait, et j'ai continué à voir les enfants mourir.

"Il pouvait mettre fin à ces souffrances. Tant de sang, tant de souffrances pour une guerre qu'il aurait pu annuler."

Oui, j'ai fait de mon mieux. J'ai tout tenté, j'ai échoué. Mais bon, heureusement que j'ai arrêté le combat avant même qu'il n'ait commencé.

"Merci."

Moi aussi je le trouve très amusant. Et oui, j'enseigne à toutes les races. Monstres, Hybrides et Humains, je m'adapte.

"Merci. Et oui, j'enseigne la magie à toutes les races. J'ai un programme pour chaque race, car c'est évident qu'ils n'utilisent pas la magie de la même façon."

Je pense sincèrement que si je ne retenais pas la queue, ça pourrait la blesser. Ce que je ne permettrai pas de laisser faire. C'est pour ça que je retiens sa queue tout en la guidant.

"Vous savez, si je laisse votre queue se balancer, vous risquerez de vous blesser. Quand la pression sur la plaque est retirée, les piques reviennent, et vous risquerez de vous blesser la queue si elle est trop basse. Donc je préfère vous aider que de vous laisser vous blesser."

Pendant notre marche l'autre Monstre me dit quelque chose dont je peux avoir l'habitude d'entendre. Au fur et à mesure des années, les Monstres naissent à l'Underworld et ont toujours vécu sous le Mont Ebott, ce qui fait qu'ils n'ont pas considéré l'Underworld comme une prison, ce que je comprends tout à fait.

"Je le comprends tout à fait. Si vous êtes née dans l'Underworld, c'est normal que vous considériez cet endroit comme une maison et pas comme une prison. Mais moi, j'ai vécu l'époque où les Monstres et les Humains vivaient en paix, mais que les tensions devenaient palpables entre Humains et Monstres. J'ai aussi vécu la guerre entre les Humains et les Monstres, j'y ai même activement participé. J'ai donc vécu la défaite des Monstres et on m'a enfermée sous le Mont Ebott avec tous les Monstres. Donc oui, j'ai au début considéré le Mont Ebott comme une prison et même après ça j'avais hâte de revoir le soleil. Et comme je profite de l'Overworld, j'ai pas beaucoup pensé à y revenir à l'époque où j'étais Gardienne des Ruines."

Pendant que je parle, on passe les piques et je lâche la queue une fois qu'elle est assez éloignée de ces piques. Je continue la marche pour aller en direction du champ de Boutons d'Or. Elle me dit quelque chose que je peux très bien savoir.

"Vous vous attendiez plus à ce que vous rencontreriez les frères Nox qu'un membre de la famille Dreemurr, c'est ça ? Ou alors rencontrer Undyne ou le Docteur Alphys serait la rencontre la moins incroyable ? Dans tous les cas, je comprends tout à fait votre surprise. D'ailleurs, je ne vous ai pas demandé : comment vous appelez-vous ?"

Je l'écoute attentivement, bien sûr, je suis toujours à l'écoute. Finalement, nous arrivons au champ de Boutons d'Or. C'est là où se termine l'aller simple vers l'Underworld.

"C'est exactement ici qu'ont atterri Frisk et sept autres enfants avant elui. C'est donc ici que tout commence. Si vous regardez en l'air, vous verrez le ciel de l'Overland, très lointain. Mais ce n'est qu'un peu plus loin que j'ai rencontré Frisk, pendant qu'iel se faisait menacer par un Bouton d'Or vivant du nom de Flowey. Heureusement, j'ai pu l[e|a] sauver à temps et j'ai commencé à considérer Frisk comme mon enfant, comme chaque enfant tombé dans le trou."
Revenir en haut Aller en bas
Sakthys
PO : 338
Messages : 166
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Faible
Ven 30 Nov - 21:38
Ces rencontres surprenantes...Toriel semblait trouver mieux de ne pas être reconnue comme étant une Reine parmi les Humains et les Hybrides. Sakthys ne comprenait pas trop pourquoi. Cette Monstre était absolument fantastique en tant que Reine, avec ou sans Asgore. À en croire les récits que lui en avait fait sa mère, ils avaient été inséparables à une certaine époque, les Dreemurr. L’un comme l’autre était aimé des Monstres. Sakthys avait toujours apprécié Asgore et Toriel, même si jamais auparavant elle n’avait eu la chance de les rencontrer. À vivre dans une toute petite ville, loin de Palais et à faire tranquillement ses études, la demoiselle sombre ne s’était que rarement préoccupée de ce qui se passait avec les Dreemurr.

Et la rancœur de Toriel envers Asgore semblait…
Sakthys n’était pas certaine qu’un jour elle puisse lui pardonner d’avoir tenté de récupérer des âmes Humaines pour briser cette barrière. Pauvre Asgore. Pauvre Toriel. Ni l’un ni l’autre ne méritait une telle querelle… Pis encore, cela s’éternisait depuis tellement d’années! Frisk non plus ne devait pas trouver cette situation simple…

« La peur, le chagrin… Imaginez combien il pouvait souffrir, si même vous, vous n’avez pas été capable de lui faire entendre raison, Majesté. J’espère seulement que vos rancœurs s’apaiseront avec le temps… Au moins, cette guerre a pu prendre fin. Les Humains sont tellement fascinant! J’aurais… eu du mal à les détester… malgré tout ce qui s’est passé… »

Les Humains… ils avaient enfermés les Monstres, mais ils n’étaient pas tous méchants. Beaucoup détestaient les Monstres par crainte uniquement. Et pas sans raison, puisqu’un Monstre pouvait tout de même se montrer dangereux. Une âme Humaine était peut-être plus puissante, mais…
Toriel lui confia avoir un programme de magie pour toutes les races, ce qui fit sourire Sakthys. Cette femme devait être une excellente professeure!

« Vos élèves ont de la chance. J’aurais adoré suivre des cours donnés par Toriel Dreemurr, plus jeune. J’espère que ces enfants réalisent la chance qu’ils ont! Une Monstre aussi douée qui leur enseigne… wow! »

Une pointe d’émerveillement se laissait percevoir dans sa voix. Toriel et sa magie de feu. Puissante et redoutable. Douce et fascinante à la fois…
Selon Toriel, les piques revenaient dès que la pression sur la plaque disparaissait. Et elle ne souhaitait pas voir la Monstre sombre se blesser. L’attention était terriblement touchante.

« Vous savez, il faut plus que quelques petits piques pour me tuer. » un petit rire nerveux lui échappa, incontrôlable. « C’est gentil, Madame Dreemurr. J’ai l’habitude de faire des bêtises… » une légère couleur teintait ses joues sombres. Oui, Sakthys était maladroite. Beaucoup trop. Parfois elle regrettait d’être aussi immense et empotée. Aurait-elle été plus en contrôle d’elle-même si elle avait été plus petite? Sa mère n’avait jamais semblé dérangée par sa grande taille. Physiquement, elles se ressemblaient… Son père avait-il été maladroit lui aussi?

La Monstre Dreemurr lui raconta une part de sa vie, de son passé. Elle avait connu la Surface, la guerre et l’emprisonnement… Toriel qui semblait si jeune et si vieille à la fois. Une Monstre dont l’âge était figé dans le temps, parce qu’elle était… importante… Majeure. Étrangement, elle avait du mal à s’imaginer Toriel combattre des Humains. Le fait que la guerre soit terminée rendait l’idée de la voir en combattante plus difficile. Sakthys tentait de s’imaginer elle-même à cette époque… Une époque sombre et difficile où elle ne serait jamais imaginée pouvoir vivre.

« Était-ce… difficile de supporter cette guerre? Ce devait être horrible… Je n’ai pas le tier de votre âge… à vos yeux, je ne suis probablement guère plus qu’une enfant. Mais imaginer combattre des Humains… ça me fait froid dans le dos. Tous ces Humains qui ont dû mourir, tous ces Monstres réduits en cendres… »

Un frisson de dégoût la parcouru à cette idée. Des Monstres… réduits en cendres… des Humains… morts… des Hybrides peut-être aussi? Une période trop sombre que Sakthys était heureuse de ne pas avoir connue.

« Je suis désolée que l’on vous ait enfermée ici… Vous ne devez pas aimer beaucoup cet endroit, j’imagine… »

Dommage, parce que l’Underworld n’était pas « horrible ». C’était un bel endroit. Une prison dorée. Une prison qui aurait pu être bien plus… « prison ». Il n’y avait pas réellement de soleil, ni le vent comme à la Surface, ni d’Humains, ni… Ce n’était pas la Surface… mais l’endroit n’était pas si terrible non plus. Sakthys n’avait jamais vu l’Underworld comme une mauvaise chose.

« Sakthys, Madame. Je suis Sakthys. Et… pour être honnête, en fait, je ne m’attendais pas à croiser qui que ce soit dans cet endroit. Ça fait un moment que j’ai… envie, besoin, de voir cet endroit. Je ne sais pas pourquoi… Undyne, Alphys, Papyrus, Sans, les Nox… Tous ces Monstres… ils sont… Fantastiques. Importants. Ils sont proches de Frisk, de vous. Moi, je ne suis pas grand-chose. Une Monstre quelconque qui travaille dans une Usine à tenter de produire quelques Intelligences Artificielles. »

Elle haussa les épaules, songeant que tous ces Monstres auraient eu de bonnes raisons de simplement l’ignorer. Elle, une pauvre Monstre venant d’une simple petite ville de rien du tout… Elle n’était pas une héroïne, elle n’était pas non plus un membre de la garde royale, elle n’avait jamais rencontré Frisk, elle ne l’avait jamais aidé… Sakthys avait toujours vécu sa vie de Monstre dans la tranquillité.

D’ailleurs, Sakthys aurait beaucoup apprécié tomber sur le Docteur Alphys. Son travail avec Mettaton avait été formidable, malgré quelques… problèmes. Undyne était une véritable héroïne, forte et belle comme tout. Papyrus avait un charme fantastique et un talent probablement indéniable pour la cuisine. Quant à Sans… Impossible de ne pas craquer pour Sans! Chaque Monstre était tellement unique… Sakthys aurait rêvé de rencontrer n’importe lequel de ces êtres formidables.  

« Je ne doute pas de votre bonté, ni de celle de tous les autres, mais vous avez probablement tellement mieux à faire que de discuter avec une Monstre gaffeuse en quête de réponses à des questions qu’elle ne comprend même pas… »

Le champ des Boutons d’Or. L’endroit où tout avait commencé. Un frisson parcouru la Monstre tandis que son regard se portait à l’endroit que lui indiquait Toriel. Elle déposa délicatement le mannequin d’entraînement et s’approcha prudemment du trou pour jeter un bref coup d’œil, non sans avoir une drôle d’impression. Une sorte de vide, de peur totalement inexplicable.

« Merci… » souffla-t-elle doucement avant de reprendre : « Ça faisait un moment que j’avais envie de venir ici… Je ne sais pas pourquoi… Je me sens étrange depuis un moment. J’avais… besoin de cet endroit. »

Une impression étrange qui l’habitait… sans qu’elle ne sache réellement pourquoi. Cet endroit, elle avait espéré qu’il l’apaiserait, mais… non.

« Vous n’étiez pas revenue ici depuis longtemps, pas vrai? Vous avez trouvé cela difficile perdre tous ces Humains, les uns après les autres? Flowey... qu'est-ce qu'il est devenu? »         
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Sam 1 Déc - 12:52
Il doit souffrir, oui. Mais c'est lui qui a causé autant de souffrance. Je me suis opposé à tout ça, je faisais face à lui quand il prenait la décision de déclarer la guerre aux humains. Pourquoi Frisk tient tant à ce qu'on se réconcilie ? Pourquoi il n'accepte pas le fait que je le déteste ?

Ce compliment me fait rire. De toute façon, mon école n'est pas ouvert qu'aux jeunes. Les adultes aussi peuvent se permettre d'être des élèves.

"Mes élèves m'aiment bien, en plus, du moins ils ont en l'air."

Je me doute bien que les piques ne vont pas la tuer, c'est juste que je n'aime pas voir la longue queue blessée par les piques.

Oui, cette guerre était horrible. Cette guerre n'était pas la faute des Dreemurr, mais c'est parce que les Humains et les Monstres se détestent de plus en plus jusqu'à déclarer la guerre civile. On ne pouvait rien y faire. Tous les êtres ont du cendre des Monstres sur leur corps, les Monstres en première ligne n'ont pas hésité à absorber les âmes flottantes des humains, les Hybrides étaient obligés de se cacher. C'était tout simplement horrible.

"C'était très difficile. Tous les guerriers ont des cendres de Monstres sur leur corps, des âmes humaines flottaient et certains ont été absorbés par les Monstres. Mais j'étais obligé de supporter tout ça et de me battre pour mettre fin à cette guerre. Mais après, j'ai fini par apprécier l'Underworld. Les Monstres étaient enfermés pendant six siècles, donc l'Underworld m'avait un peu manqué."

Donc, Sakthys ne s'attendait pas à croiser qui que ce soit. Pourtant il reste certains Monstres qui décident de rester à l'Underworld. Elle travaille donc dans les Intelligences Artificielles.

"Peut-être que votre importance dans une histoire changera. Peut-être que vous serez connue pour avoir inventé une nouvelle machine, qui sait ?"

Pour l'instant ? Non, pas vraiment. J'ai corrigé tous les devoirs, je sais ce que je ferai lundi, je suis ici par nostalgie... donc pour l'instant je n'ai pas vraiment mieux à faire.

"Ne vous en faites pas, je suis complètement libre à l'heure actuelle. En plus ça me fait toujours plaisir de répondre à des questions dont je connais la réponse."

Au champ de Bouton d'Or, Sakthys a l'impression qu'elle a besoin de cet endroit. Elle me demande si j'étais revenu depuis longtemps. C'était depuis dix ans, pour être plus précise. Oui, c'était difficile de perdre tous ces humains. Ils arrivaient, ils partaient malgré mes avertissements, ils mourraient.

"Ça fait bel et bien dix ans que je n'y suis plus allé. Voir les Humains mourir a été bel et bien difficile. Pourtant je leur avais prévenu qu'ils risqueraient de mourir car la Garde Royale avait pour ordre de capturer les Humains pour les tuer. Et pour Flowey, il est moins meurtrier qu'il y a dix ans, même s'il est toujours incapable de ressentir la moindre émotion."

Pour rappel, Flowey nous a ligoté et il a voulu tuer Frisk. On l'a protégé, les autres Monstres sont venus et enfin, plus rien, c'est le blanc total.
Revenir en haut Aller en bas
Sakthys
PO : 338
Messages : 166
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Faible
Ven 7 Déc - 14:00
Ces rencontres surprenantes...Toriel disait que ses élèves semblaient bien l’aimer. Sakthys, elle n’en doutait pas une seule seconde! Cette femme était absolument fantastique avec les enfants. N’avait-elle pas tout fait pour les six (enfin, sept!) Humains qui avaient terminés ici? Même en étant maman et Reine des Monstres dans le cœur de plusieurs, elle trouvait le temps de donner de sa bonté à ceux qui l’entouraient. Même dans cet endroit, elle prenait le temps d’accorder de sa bonté à Sakthys. Cette Monstre était extraordinaire. Les Monstres avaient de la chance de l’avoir.

« Je suis certaine qu’ils vous apprécient énormément, tous ces élèves! Et puis vous êtes l’une des personnes les mieux placées pour apprendre à ces enfants la magie. Votre maîtrise du feu est apparemment très impressionnante, de ce que j’en ai entendu parler. »

Beaucoup ne contrôlaient pas leur magie. Ou du moins, pas complètement. Mais Toriel était une Monstre toute en puissance et en élégance. Elle avait eu tout le temps d’apprendre à utiliser chaque petite facette de ses pouvoirs. Et ne vieillissant pas réellement, elle devait avoir une puissance assez impressionnante! Pour une femme ayant participé à une guerre et y ayant survécu, elle devait être redoutable.

« Des Monstres ont absorbés des âmes Humaines? Mais… »

Il fallu un instant à Sakthys pour réaliser que cela c’était passé à une époque où l’absorption des âmes n’était pas encore « interdite ». Cette pensée la fit frissonner de dégoût et d’horreur. Et les Humains couverts de cendres de Monstres… Sakthys se sentait nauséeuse à cette idée. Une peur, aiguë et intense envahi son cœur l’espace d’un moment. Une sensation de pincement dans sa poitrine. Un inconfort au dos… Ses mains moites…

« J’espère… que plus jamais nous n’aurons de guerre entre nos races. Je ne crois pas… que j’aurais envie de faire du mal aux Humains… Il y en a beaucoup que j’apprécie. »

Juste à penser à Elowyn, Sakthys se sentait mal. S’imaginer blesser ou tuer la jeune demoiselle lui donnait la nausée.  
Toriel avait peut-être dû lutter contre des amis… ou des gens qu’elle croyait être des amis… La pauvre.

"Peut-être que votre importance dans une histoire changera. Peut-être que vous serez connue pour avoir inventé une nouvelle machine, qui sait ?"

La Monstre chèvre la fit sortir de ses pensées, lui arrachant même un rire et un large sourire. Elle, Sakthys, connue? Aucune chance. Elle n’avait pas le talent d’Alphys, elle n’avait pas le charisme d’Undyne, elle n’était pas une star comme Mettaton… Elle travaillait pour gagner sa vie et poursuivait un rêve sans fin. Copier une personnalité sans utiliser une âme…

« Recopier une âme sans la voler, c’est difficile. Recopier une personnalité avec des algorithmes, c’est presque impossible. Quelque chose bloque. Peut-être le fait de ne pas pouvoir reproduire une âme sans âme, justement… Mais je doute de parvenir un jour à faire quoi que ce soit de… remarquable. Je ne suis qu’une Ingénieure quelconque dans une usine qui a un rêve et un projet voué à l’échec. »

Mais ce rêve, c’était ce qui lui permettait d’avancer. Elle continuer d’espérer de trouver LA réponse à ses algorithmes en côtoyant les Humains. Comme si leur façon de voir les choses finiraient un jour par l’aider.
Lorsque Toriel lui mentionna avoir du temps à lui consacrer, Sakthys se sentie simplement rougir en acquiesçant. Du moment que sa présence n’embêtait pas la Reine des Monstres, c’était l’essentiel. Et puis apporter ce pantin d’entraînement aurait été plus difficile pour Toriel que pour elle-même. Sakthys avait tellement de bras à disposition! Dix ans que la douce Dreemurr était sortie de cet endroit… Elle avait quitté sa prison bien avant Sakthys. Elle avait suivi Frisk. Dix ans qu’elle avait laissé derrière elle les tombes de tous ces (ou plutôt « ses ») enfants. Dix ans que Flowey n’était que « moins meurtrier »? Comment pouvait-on être « moins meurtrier »? On l’était… ou on ne l’était pas… non? Sakthys soupira faiblement. S’il y avait bien un Monstre qu’elle ne voulait pas rencontrer dans toute sa vie, c’était ce Monstre-là.

« Vous connaissez les Humains… On a beau leur dire de faire attention et… ils font tout le contraire. L’interdit semble beaucoup leur plaire. Les Humains sont fantastiques, adorables! Mais ils sont parfois bien cruels avec ceux qui les aime… Parfois, j’ai du mal à les comprendre. »

La jeune Monstre haussa les épaules. Les Humains restaient des Humains, après tout. Enfant ou pas, ils étaient tous semblables. Parfois gentils, parfois méchants.

« Ce monde… n’était pas le leur. Aussi douce soyez-vous, ces enfants devaient s’ennuyer réellement de leurs véritables parents… À l’âge où Frisk est arrivé.e ici, j’aurais probablement donné n’importe quoi pour revoir ma maman. Et… ce monde n’est pas le vôtre non plus, Madame Dreemurr. Vous aviez déjà connu la Surface. Vous savez… même si j’adore l’Underworld… un jour, j’aimerais rencontré Frisk pour le.a remercier. En venant ici… j’avais l’impression de pouvoir… faire quelque chose. C’est ridicule puisqu’il n’y a rien à faire, mais… quelque chose me poussait à venir ici. C’est… difficile à expliquer. »

Difficile à comprendre, à expliquer, à saisir. Un sentiment de vide, de perte si intense qu’elle en avait parfois du mal à trouver le sommeil. Ce besoin étrange de revenir à la Source de toute cette aventure… Peut-être était-elle malade. Ou mélancolique. Il y avait un petit moment qu’elle ne se sentait plus aussi bien qu’auparavant.

« Désolée, ce n’est pas… Enfin, ce n’est pas important. » La Monstre sombre gratifia Toriel d’un sourire avant de reprendre : « Mais ne dites surtout pas à Frisk que je rêve de le.a rencontrer! Je me mettrais tellement à bafouiller que j’en oublierais tous mes mots! » un rire lui échappa tandis que sa longue queue se balançait d’un côté à l’autre timidement. Discuter avec Toriel lui semblait pourtant si facile! Peut-être à cause de l’attitude maternelle de la Monstre… La Dreemurr savait s’attirer les douceurs des autres sans rien faire d’autre que sourire.

« Il y a longtemps que vous vous occupez de ces Boutons d’Or? Ils sont superbes… Mais pourquoi cette plante? »

Sakthys se montrait peut-être trop curieuse, mais elle songea que si Toriel n’avait pas envie de répondre, elle esquiverait la question… ou n’y répondrait tout simplement pas. Parler ici, ça lui faisait peut-être du bien.
La Monstre sombre tendit une main à Toriel, la laissant libre d’y déposer la sienne ou non, Sakthys n’osant surtout pas s’imposer à la demoiselle Dreemurr. Si elle déposait sa main blanche dans la sienne, la Monstre sombre la serrerait délicatement entre ses mains aux ongles vernis.

« Je… merci… Je croyais que je perdrais aussi tous mes mots en vous rencontrant, Majesté… C’est… Merci… d’avoir accepté de me parler de… tout cela. Ça me touche beaucoup. Je sais que ça ne doit pas vous rappeler que de bons souvenirs. Ça vous dirait de continuer de marcher un peu? Que comptez-vous maintenant que vous êtes sous le Mont Ebott? Resterez-vous quelques jours? Le chemin jusqu’à la surface est long, vous savez… »

Bien sûr qu’elle savait…           
©️ 2981 12289 0

HRP Désolée pour l'attente! X_X
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Sam 8 Déc - 10:24
Bien sûr que je suis l'une des personnes les mieux placées pour apprendre la magie à mes élèves : non seulement ma longévité m'a permis d'apprendre suffisamment de choses pour en faire un vrai programme d'apprentissage, mais en plus comme j'ai eu la curiosité, ça m'a permis d'avoir un grand savoir. D'ailleurs, elle aurait peut-être besoin d'une petite démonstration de ma magie. Elle ne doit pas s'inquiéter, c'est sans danger.

"Je peux vous faire une démonstration de cette magie."

Je m'éloigne un peu de la Monstre et je commence à faire apparaître une boule de feu sur ma main pour lui montrer à quoi cela ressemble, puis je le lance dans une direction où je serai sûre qu'elle ne sera pas touchée. Enfin, de toute façon les boules de feu ne brûlent pas réellement avec mon état d'âme actuel. Je lance d'autres boules de feu dans des directions où elle ne sera pas touchée, puis dans sa direction mais cette fois elles se dévient pour s'éloigner de nous. Les boules de feu prennent une autre direction selon ma volonté. Je fais des grands gestes de mes deux bras en faisant apparaître de multiples boules de feu qui sont immobiles avant qu'ils prennent des directions où elle ne sera pas touchée. Puis, je fais d'autres gestes de mes bras et des boules de feu sortent du sol derrière moi, propulsés en l'air avant de retomber et disparaître au contact du sol. Enfin, le bouquet final, je concentre beaucoup de mon énergie pour provoquer de multiples jets de flammes qui forment un double hélice.

Cette démonstration m'a coûté beaucoup d'énergie magique. Ça m'a donné très faim, donc.

"Ce spectacle de magie m'a donné faim. Après tout, la faim justifie les... magies !"

Je me mets à rire de ma blague. Je crois que Sans pourrait en rire sans problème s'il était là. Si seulement il me donnait des nouvelles... je ne reçois plus de ses messages depuis un moment. Pourtant, je suis habituée à ce qu'il ne m'envoie pas des messages pendant un moment car je connais sa paresse, mais cette fois c'est devenu inquiétant.

Oui, des Monstres ont absorbés des âmes Humaines. Moi compris à contre-cœur car il me fallait plus de puissance pour aider les autres Monstres dans la guerre. Aujourd'hui ça peut sembler absurde et fou car ça fait dix ans qu'Asgore interdit cette pratique, ce que je n'ai aucun mal à reconnaître, mais à la guerre, il faut de plus en plus de puissance, et ça passait par les absorptions.

"C'est pareil pour moi. Si jamais cette guerre éclate, je serais contrainte de tuer mes propres élèves, et peut-être même Frisk. Je ne veux surtout pas que ça arrive, surtout que ce serait encore une guerre, amis contre amis."

Je suis consciente que recopier une âme sans la voler est difficile, Alphys a fait plus d'un expérience raté à partir des cendres d'âmes de Monstres, recopier une personnalité avec des algorithmes c'est de l'ordre d'un véritable professionnel comme Alphys, mais je pense qu'elle pourrait être capable d'inventer des machines qui aideront les Humains et les Monstres.

"Je ne parle pas forcément de créer une âme sans âme. Ça, c'est de l'ordre d'un professionnel comme Alphys, et elle a échoué plus d'une fois. Je parle de créer une nouvelle machine qui pourrait aider les Humains et les Monstres, et même à renforcer leur amitié. Ce que je peux vous conseiller, c'est d'aller le plus loin possible dans votre avenir, quitte à ce que vous changiez de projet et de rêve."

Les Humains, pas tous. Lorsqu'ils sont adultes, ils sont conscients des dangers, donc s'il savent qu'ils sont voués à disparaître, il leur faut qu'ils ne tiennent pas à la vie pour qu'ils aillent au Mont Ebott. En revanche, pour les enfants, c'est une tout autre histoire : les enfants sont plus casse-cou et désobéissent aux adultes, quitte à se mettre en danger.

Ça, j'ai pu expérimenter la raison du départ des enfants. Je leur avais pourtant prévenu qu'ils risqueraient de mourir parce qu'Asgore a ordonné qu'on tue les Humains, mais ils ne voulaient rien entendre. Résultat : ils meurent. D'ailleurs, je pense sincèrement que Frisk serait habitué(e) aux remerciements. On l[e|a] remercie souvent de nous avoir sorti de l'Underworld et on adore l'Ambassadeur.

"Bon, d'accord. Je suis certaine qu'iel serait ravi(e) de faire votre connaissance, mais ce n'est pas grave."

Il y a longtemps, oui. Ces fleurs viennent de l'Overland, mais ils sont capables de s'adapter à tous les environnements. C'est un peu la seule fleur qu'on a.

"On peut dire que c'est les seules fleurs qu'on a, mais elles sont déjà extraordinaires du fait de leur adaptation à tous les environnements. On plus, en peut en faire du thé."

D'un coup, je vois Sakthys tendre sa main pour que je puisse la prendre. Elle me remercie d'avoir accepté de lui parler de tout ça. C'est normal, en même temps.

"Je voulais juste revoir les Ruines que j'avais abandonnées et savoir ce qui se passe après dix ans. Marcher ne me dérange pas et je sais très bien à quel point le chemin jusqu'à l'Overland est long car ce sera la quatrième fois que je l'emprunte."

Je prends la main de Sakthys et elle la serre délicatement entre ses mains. Je lui souris et on commence à marcher pour sortir des Ruines.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakthys
PO : 338
Messages : 166
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Faible
Dim 16 Déc - 22:21
Ces rencontres surprenantes...Une démonstration? Sakthys n’en demandait pas tant! Et pourtant, la Dreemurr semblait enthousiaste à cette idée. Des boules de feu ne tardèrent pas à « pleuvoir ». L’espace d’un instant, Sakthys sentit son cœur se serrer. Elle savait qu’elle n’avait rien à craindre de Toriel et pourtant… Ce sentiment, cette peur, cette… angoisse… Un cri d’angoisse lui échappa bien malgré elle lorsqu’une boule de feu se dirigea dans sa direction… avant de s’éloigner. Un petit rire nerveux lui échappa alors. La démonstration de Toriel était superbe, mais le regard de Sakthys restait passablement inquiet. Et pourtant… elle aurait été la première à être ravie d’une telle démonstration! Pourquoi soudainement, elle préférait que tout s’arrête? La Monstre sombre n’en n’avait pas la moindre idée. Elle ne dit cependant rien, observant les flammes inoffensives d’un œil admirateur et méfiant.

La blague réussit à tirer un petit sourire à Sakthys, mais sans plus.

« Vous n’auriez pas dû en faire autant… Merci pour la démonstration… Et… pardon pour le cri. Je ne sais pas ce qui m’a pris. J’ai cru… enfin, oubliez… c’était… » elle soupira, sans pour autant compléter sa phrase, resserrant deux de ses bras autour d’elle, visiblement troublée. « Je crois… que je suis un peu trop nerveuse en ce moment. »

Un nouveau rire nerveux anima la Monstre qui se gratta la nuque, mal à l’aise. Comment avait-elle pu croire que le feu la toucherait? Ou même la brûlerait? La Magie des Monstres était fantastique, si liée à eux… Pas une seule seconde Toriel n’avait voulue la blesser, et elle le savait. Sakthys aussi pouvait rester douce avec sa Magie, si elle le désirait… même si elle ne s’en servait jamais, elle la maîtrisait bien.

« Votre enfant fait un merveilleux travail en tant qu’Ambassadeur des Monstres, Madame Dreemurr. Lélianna Constan m’a rappelée combien son rôle était important, dans cette paix fragile. Frisk pourra toujours compter sur les Monstres. Iel vous aime beaucoup, cela ne fait aucun doute. Si la guerre éclate un jour, je pense que c’est l’Ambassadeur qui se sentira lea plus déchiré.e dans tous ces conflits. »

Frisk. Un.e Humain.e adopté.e par des Monstres… Quel choix horrible que de devoir choisir entre sa race et ses parents adoptifs…

Un sourire amusé se forma sur le visage de la Monstre. Créer une âme, sans âme… un projet d’ordre professionnel comme ceux d’Alphys? Peut-être. L’idée de créer une machine capable d’aider les Humains et les Monstres était intéressante, mais qu’est-ce qu’une telle machine ferait? Changer de projet… de rêve… Un jour peut-être, lorsqu’elle serait trop vieille ou trop las pour espérer réussir. Mais Sakthys était encore jeune. Elle pouvait vivre encore longtemps! Elle n’avait pas encore atteint la moitié de sa vie.

« Alphys expérimentait avec des âmes. Pour ma part, je vise un algorithme. Je ne suis ni une scientifique royale, ni aussi intelligente qu’Alphys… mais même si j’échoue, je me dis que quelqu’un finira par reprendre le flambeau de mes recherches. Imaginez un peu! Un algorithme capable de recréer un être à la perfection… qui pourrait apprendre par lui-même ou être la simple copie d’une personne disparue. Ce n’est qu’une ébauche, bien entendu. Et les Humains ne sont pas très… friand de mes idées. Ils craignent que je n’en vienne à subtiliser des âmes, lorsque je leur parle de mon projet… ou ils croient que mes créations finiront par se retourner contre eux, comme les films. Mais mon but est tout autre. Sauvegarder quelqu’un. Voilà ce que j’aimerais tenter de réaliser! Ou permettre à des parents d’avoir leur propre enfant… sans nécessairement devoir adopter celui d’un autre. Ou donner des parents à des enfants dont personne ne veut… »

Sakthys soupira. Son projet ne verrait probablement jamais le jour, malgré le fait que l’Usine qui l’employait semblait croire que rien n’était impossible…

« On n’atteint pas toujours pas nos rêves… » souffla-t-elle doucement, en haussant les épaules. Qu’elle réussisse ou non, elle aurait au moins tenté.

Toriel semblait croire que Frisk apprécierait de faire sa connaissance. Sa connaissance? Elle, une Monstre si simple et banale? Pauvre Frisk! Iel avait autre chose à faire que de se soucier d’un Monstre quelconque!

« Si… un jour vous avez l’occasion de le faire… dites seulement à Frisk que… Sakthys lea remercie. »

Un thé aux Boutons d’Or… un jour, elle devrait tenter. Sakthys n’en n’avait jamais bu. Par contre, elle adorait les boissons des Humains. Leurs mets, de manière générale, étaient absolument fantastiques. La Monstre serra avec tendresse celle de Toriel. Cette femme était formidable. Attentionnée. Douce.
Toutes deux commencèrent alors à parler, pour sortir lentement des Ruines.

« Merci, Majesté… ça m’a fait du bien, de venir jusqu’ici. »              
©️ 2981 12289 0

HRP : Si tu veux, je pense qu'on peut clore le rp, puisqu'elles sortent des Ruines ^^
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Lun 17 Déc - 20:18
Oh ! La pauvre Sakthys semble avoir peur de mes pouvoirs. Pourtant, je n'ai pas du tout l'intention de la blesser. Ce cri d'angoisse lorsque je lance des boules de feu dans sa direction pour qu'elles finissent par se dévier.

"Ce n'est pas grave. C'est vrai que ma démonstration pourrait faire peur à certains, même s'ils n'ont rien à craindre car je maîtrise mes boules de feu."

Je ne dirai jamais le contraire. Frisk n'est méprisé que par les Humanistes, et il fait du bon travail pour préserver la paix. Lélianna Constan, la douce Lélianna... j'ai toujours son disque que Frisk m'a offert. J'aime beaucoup sa voix, mais aussi son symbole, ce qu'elle représente. J'aimerais bien chanter avec elle. Mais si la guerre éclate, c'est encore plus dure qu'avant.

"Je suis tout à fait d'accord. En plus, iel m'a acheté un disque de Lélianna. J'aime beaucoup cette chanteuse."

Un algorithme capable de recréer un être à la perfection ? Qui pourrait apprendre par lui-même ou être la simple copie d'une personne disparue ? Intéressant, ça, peut-être qu'on peut en parler à Alphys. Pourquoi Sakthys subtiliserait des âmes ? Par contre, je peux comprendre la crainte qu'ils se retourneront contre eux, quand le robot est incontrôlable.

"C'est vrai que ce projet est très intéressant. Si vous voulez, je peux en parler à Alphys. Elle viendra peut-être vous aider dans votre projet avec ses connaissances."

Malheureusement, c'est devenu plus compliqué depuis plusieurs mois pour Frisk. Iel est devenu(e) un fantôme dans ma maison : je sais qu'iel est dans ma maison et qu'iel prend soin de moi. Mais ça fait un moment qu'il n'est plus à la maison. Ça m'inquiète beaucoup.

"J'essaierai, mais c'est compliqué et je m'inquiète pour elui depuis plusieurs mois. Je ne l[e|a] vois plus, mais je sais qu'iel s'occupe de moi, dans notre maison."

Nous sortons lentement des Ruines, en passant par tout ce qu'on peut traverser, et nous passons la porte pour aller au reste de l'Underground. La première ville où on passe, c'est Couveneige.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakthys
PO : 338
Messages : 166
Date d'inscription : 15/09/2018

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Faible
Lun 24 Déc - 15:16
Ces rencontres surprenantes...La démonstration, faire peur? C’était bien peu de le dire! Et pourtant… Sakthys savait pertinemment que Toriel ne l’aurait blessé pour rien au monde. Mais qu’est-ce qui lui avait pris de prendre peur ainsi? La Magie ne l’effrayait généralement pas, pourtant. La Magie… elle était partout, elle était merveilleuse… Celle de Toriel était absolument fantastique! Et pourtant… Comment avait-elle pu ressentir une telle peur, une telle angoisse alors-même que cette Magie était une partie intégrante de la douce Dreemurr? C’était insensé.

« Je sais… je sais, Madame Dreemurr. C’est juste… Je… Je ne sais pas. La Magie n’a pas tendance à m’effrayer, normalement… même dirigée contre moi. Je sais que vous ne m’auriez jamais blessé. Je… Pardon. En ce moment, je me sens parfois un peu étrange avec des choses banales… »

N’avait-elle pas paniqué en se coupant l’autre jour, alors qu’elle tranchait à l’aide d’un couteau de cuisine, quelques carottes pour une recette? Et là, avec cette magie… Elle secoua la tête, incapable de comprendre elle-même ce qui se passait.
Toriel semblait beaucoup apprécier Lélianna. Il était vrai que sa voix était absolument sublime. En plus de représenter le parfait mélange entre une Humaine et une Monstre. Elle avait su rester forte malgré son hybridation. Sakthys aimait beaucoup sa belle amie. Le monde était bien petit lorsqu’on s’attardait à penser que Frisk gardait les enfants de celle-ci. Frisk, l’Ambassadeur des Monstres, à garder de petits Hybrides… Cette pensée tira un sourire à Sakthys. Toriel devait tellement être fière de son enfant adoptif!

La Dreemurr lui proposa d’adresser quelques mots à Alphys concernant son projet, son rêve d’Intelligence Artificielle. Sakthys écarquilla les yeux, rougissant de plus belle sous sa peau sombre. Si elle n’avait pas eu la peau si noire, elle aurait viré au rouge complètement! Alphys! Une véritable légende dans le domaine scientifique! Sakthys fut incapable de répondre, ne balbutiant que quelques mots intelligibles dits à une vitesse incroyable qui pouvaient ressembler à « Faites ce que vous voulez, oh bon sang, Alphys, vous n’y pensez pas! ». Alphys!
La Monstre cacha son visage entre ses mains, presque trop gênée par la proposition de Toriel.
Toriel.
Toriel Dreemurr!
La Monstre sombre secoua de nouveau la tête. Trop de gens importants. C’était pourtant tellement plus simple de vivre une petite vie tranquille au fin fond de sa petite ville! Ces Monstres étaient tous des êtres fantastiques. Ils avaient tous aidé Frisk. Ils avaient tous aidé à briser cette barrière. Alors que Sakthys, elle n’avait rien fait. Elle avait continué ses travaux et ses études sans se soucier de ne jamais connaître la Surface. Sans se soucier de ces Monstres qui espéraient voir le Soleil.
Toriel lui confia que tout était compliqué entre Frisk et elle en ce moment.

« Vous savez… vient un âge où les enfants se détachent peu à peu de leurs parents… Frisk est adulte maintenant. Iel fait sa vie. Je me souviens encore du jour où j’ai décidé d’acheter ma petite maison… La crise que ma mère m’a faite à ce moment-là! Vous auriez dû la voir! J’aurais pu lui annoncer que j’allais mourir et sa réaction aurait été la même. »

Un sourire amusé s’étira sur les lèvres de la Monstre qui ne se rappelait que trop bien la crise et les pleurs de sa mère.

« Mon beau-père avait beau tenter de la calmer, rien n’y a jamais fait. Jusqu’à ce que je lui montre enfin ma maison. Elle me boudait et j’ai dû user de toute mon savoir pour la faire déplacer jusqu’à chez moi. Vous auriez dû voir sa tête quand elle a découvert mon tapis d’entrée. Vert éclatant, avec des motifs de fleurs et de pétales roses et oranges. Chaque fleur avait des pistils noirs. Et chaque fleur possédait une taille différente. De très petites et de très grandes. Au centre du tapis, j’avais fait inscrire un immense « Bienvenue maman! » multicolore. Chaque lettre semblait faite de bois, comme si un arbre avait tenté de s’immiscer dans cet amas de fleurs.

Je voulais que ces lettres représentent quelque chose d’unique, aux yeux de ma mère. Je voulais qu’elle comprenne que malgré la distance, j’étais toujours là. Comme les fleurs autour des branches… par qu’une mère, ça ne s’éloigne jamais beaucoup de son enfant. Oh et il beau, mon tapis! Il avait de magnifiques fils jaunes qui pendaient aux quatre coins, et il était fait d’une laine tellement douce! C’était plus décoratif que pratique. Je l’avais fait faire sur mesure, pour qu’il soit adapté à la taille de ma maison et… à notre taille, à ma mère et à moi. Mon beau-père l’a toujours trouvé ridiculement trop grand. Pourtant, il fait à peine deux mètres de long et de large! Vous imaginez si j’avais pris plus petit? Ça aurait été ridicule! Oh! Et il y avait plein de petits insectes aussi dans les fleurs! Des abeilles, des lucioles, des mouches, des scarabées…

Mais… pardon, je m’égare… Ce que je voulais vous dire, c’est… que même si Frisk est moins présent.e, il vous aime toujours. Essayez de discuter avec elui. Parfois, c’est plus simple que de tenter de tout régler sans comprendre. Frisk a de lourdes tâches en tant qu’Ambassadeur! »


Sakthys, tout en parlant, avait suivit Toriel jusqu’à Couveneige. Elle inspira profondément. L’odeur caractérielle de la neige emplit presque aussitôt ses narines. Hm! Cet endroit!

« Je ne suis venue que quelques fois ici, mais j’adore cet endroit! Toute cette neige, ça me donne envie de fabriquer des bonhommes de neige! J’ai l’impression d’avoir 5 ans chaque fois que je reviens ici. Apparemment, mon père aimait beaucoup cet endroit. C’est ici qu’il a rencontré ma mère. »

Un père qu’elle ne connaissait pas et qu’elle ne tenait qu’à moitié à connaître. S’attacher à un mort, à un être réduit en cendres, ça ne servait à rien…
En cendres… un frisson la parcourue de nouveau.
Toriel croirait peut-être qu’elle avait simplement froid…

« Parlez-moi un peu de votre école de magie. Comment vous vous y prenez avec les Humains? Ce ne doit pas être simple, non? Ils sont tellement différents des Monstres! »            
©️ 2981 12289 0

HRP : Parfait, je te laisse lancer à Snowdin! <3
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RP :: Archives :: Rps-
Sauter vers:
Ouvrir/Fermer la ChatBox