Aller en bas

 :: Vrai Reset :: Présentation :: Jugement Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Asgore Dreemurr

avatar
PO : 14
Messages : 2
Date d'inscription : 13/01/2019

Feuille de personnage
Type d'âme/monstre: Monstre Majeur / Bouc
Dim 13 Jan - 14:37
Nom du personnage : Asgore Dreemurr
Lien du prédéfinis : Liste des personnages
Format : Rp Libre

Petite note de moi-même : Voilà, je me suis lancée!
Ayant joué au jeu en anglais, j'ai pu remarqué qu'Asgore utilisait parfois un certain jargon comme "howdy" (étant un "Salut" ou "Bonjour") ou "golly" (étant une expression dans le style de "Bon sang" ou "Mon dieu!" ou "Mince!") pour certaines expressions. N'ayant pas trouvé d'équivalent en français, je me dis et j'espère que le texte vous ira ainsi.
Donc voilà <3 Bonne lecture, je repars stresser dans mon coin. Je vous aime <3

----

Tout était sombre et noir. Dans sa poitrine, son cœur se débattait. Son cœur se brisait. Encore une fois. Pour la septième et dernière fois…
Face à lui, l’Humain était prêt à franchir la Barrière.
L’Humain à qui il devait prendre sa vie, sa Détermination afin de libérer les siens.
Parce que c’était l’unique solution…
Pour la septième et dernière fois…

« Humain… C’était un plaisir. Adieu. »


Le Roi des Monstres se redressa d’un mouvement sec, une main sur la poitrine, haletant. Comme dans son cauchemar, son cœur battait la chamade. Il avait cru… il s’était revu… Frisk.
Sortant maladroitement du lit, Asgore se cogna les orteils sur la table de chevet. Il grommela et pesta, mais sortit tout de même sa chambre plongée dans l’obscurité. Il se dirigea à pas rapides vers la porte au bout du couloir. Il s’arrêtant un instant. Et s’il l’avait tué.e? Et si ce cauchemar… était vrai? La main tremblante, il saisit la poignée de la porte et l’ouvrit. Dans le petit lit, une minuscule silhouette humaine dormait. Le Dreemurr soupira, soulagé et entra à pas feutrés dans la chambre. Il s’agenouilla près du lit et de sa grosse main, il caressa les cheveux bruns de l’enfant endormi.

« Bon sang... si seulement tu savais à quel point je t’aime et combien je regrette, Frisk… »

Cet.te enfant, il l’aimait. Et chaque fois qu’il revivait ce cauchemar, cet instant, il avait l’impression de lea perdre. Depuis deux ans qu’il revivait sans cesse ce cauchemar…
Tuer Frisk ou être tué.
Sauver Frisk… ou sauver les Monstres
Aujourd’hui encore, il ne comprenait pas comment l’enfant avait pu faire preuve d’autant de courage… et de pitié à son égard. Chaque fois qu’il avait Frisk à ses côtés, Asgore craignait de se réveiller et de constater que les douze dernières années n’avaient été qu’un merveilleux rêve. Que le corps de Frisk ne se trouvait pas dans un lit douillet, mais dans un cercueil froid et sombre…
Aussi silencieusement que possible, il s’éclipsa hors de la chambre après avoir ramené les couvertures sur son enfant afin de lea couvrir. Dès que la porte de la chambre fut fermée, il soupira, fermant les yeux quelques secondes.

À pas feutrés, il quitta le couloir se dirigeant vers son bureau. Il alluma la lumière et s’installa devant l’ordinateur. Avec le cauchemar qu’il venait de faire, il ne pourrait jamais se rendormir. Et à savoir Frisk bien confortable dans son lit… Asgore se sentait davantage rassuré. L’idée de replonger dans un cauchemar aussi sombre ne lui plaisait pas plus que cela.
Et sa boîte mail débordait encore de courriels.

« Mais qu’est-ce que ces Humains ne comprennent pas quand je leur dis que cette loi n’apportera rien de bon pour les miens et les Hybrides? » soupira-t-il, parcourant les quelques mails des yeux. Il sursauta lorsqu’on toqua à la porte encore ouverte de son bureau. Au pas de la porte, une Hybride en pyjama attendait qu’il la remarque avant d’entrer. « Entrez, ne restez pas là, venez plutôt vous asseoir. »

« Vous ne dormez pas encore cette nuit? Vous devriez cesser de vous en vouloir ainsi… ce n’est pas bon pour vous. »

Un léger sourire amusé passa sur ses lèvres. Une patte blanche se glissa sur sa barbe blonde qu’il lissa.

« Vous vous en voudriez si vous aviez tenté de tuer votre enfant. Je crois que je n’aurai jamais assez de toute une vie pour me faire pardonner tout ce que j’ai pu faire. »

Il referma l’écran de son ordinateur et soupira. Asgore savait qu’il avait été lamentable, têtu et borné. Toriel avait peut-être eu raison, pendant toutes ces années. Mais l’admettre était difficile. Parce que reconnaître que Toriel avait eu raison, c’était admettre une erreur majeure. Dans sa haine des Humains, il avait été trop aveuglé pour l’écouter et pour la comprendre. Et il l’avait perdue. Mais Frisk… Frisk avait compris. Frisk lui avait pardonné et l’avait épargné. Alors que lui, Asgore Dreemurr, il avait été ignoble… en croyant bien agir pour son peuple.
Sans un mot, le Monstre se leva et alluma la machine à café instantané, programmant d’un geste sûr deux thés à l’aide d’une dosette déjà toute préparée. Cela ne valait pas un véritable thé fait avec amour, mais… c’était plus rapide. Les tasses prêtes, il en tendit une à l’Hybride avant de se rassoir à son bureau.

« Vous savez… même si je ne vois pas Frisk tous les jours, chaque fois que je lea vois, je me dis que je mérite peut-être d’être aimé… d’être son père. C’est ce qui me permet de continuer. Ça et la cause des Monstres et des Hybrides. Il y a encore tellement à faire. » Il souffla sur son thé avant d’en boire une gorgée. « La Reine Prinston fait un travail excellent, mais… elle est Humaine. Elle ne peut pas comprendre à quel point la discrimination des Monstres et des Hybrides est importante. De par la loi, un non-humain ne peut pas se faire interdire un emploi à cause de sa race, mais les employeurs trouvent toujours des solutions insensées pour ne pas engager un seul non-humain dans leurs entreprises. »

Il croisa les bras sur sa poitrine large, en pleine réflexion. Il était probablement ridicule avec son pyjama d’un petit rose tendre avec des lunes brodées, sa chevelure dorée en pagaille et son regard un peu hagard et ensommeillé, mais tant pis. L’Hybride l’avait déjà vu ainsi à plusieurs reprises lors de ses nuits d’insomnie. Elle travaillait et habitait chez lui depuis près d’un an, après tout. Elle était une employée exceptionnelle, mais aussi une amie précieuse.

« Les lois peuvent changer, mais les mentalités mettront du temps. Avec de bons partenariats et peut-être quelques subventions, je crois que nous pourrions être en mesure de pousser les gens à employer davantage les Monstres et les Hybrides. Mais je crains que tout cela ne soit pas suffisant sur le long terme. »

Asgore avait bien eu quelques idées afin de favoriser un meilleur monde du travail pour les Monstres et les Hybrides, mais il doutait souvent de ses méthodes. Il regrettait l’époque où sa précieuse Tori pouvait l’épauler au quotidien. Il était un bon Roi, mais il se rendait bien compte au fil des années qu’il avait tendance à faire des bêtises. Des bêtises dont il n’avait pas conscience, parce qu’il était trop bordé et fermé d’esprit pour changer d’idée. Une véritable tête de mule. Même si son pouvoir restait limité à cause d’un gouvernement très humanisé, il n’en restait pas moins toujours inquiet chaque fois qu’il avait à se battre pour défendre les droits de siens. Reproduire la même erreur que dans l’Underworld n’était pas une option. Risquer une nouvelle guerre non plus. Il était responsable de ses propres actes, mais aussi de ceux de tous les Monstres et Hybrides.

« Enfin, peu importe. Avec Frisk et les Monstres, j’ai de quoi rester éveillé et travailler encore une bonne partie de la nuit. Vous devriez retourner vous coucher, mon amie. La journée sera longue demain. Le travail ne manquera pas. J’aurai besoin de vous pour cette réunion avec la Reine Prinston. Et j’aimerais peut-être y emmener Frisk. Ce n’est qu’un.e enfant… mais parfois j’ai l’impression que sa sagesse dépasse la mienne. Iel fait souvent des bêtises, mais Frisk… Frisk est un enfant formidable et iel voit le monde à sa façon. »

Frisk, qui lui avait ouvert les yeux plus d’une fois. Frisk qui lui avait ouvert aussi son cœur alors qu’il avait été un parfait imbécile. Un lâche, incapable de réaliser sa propre folie, incapable de soigner sa propre peine…
L’Hybride le salua et le quitta, laissant Asgore seul dans son bureau à siroter sa tasse de thé.

Des subventions, des programmes pour intégrer les Monstres et les Hybrides… l’idée n’était peut-être pas mauvaise. Même si une seule entreprise acceptait de participer à ce projet, ce serait déjà ça. Asgore espérait et voulait nettement plus… mais il valait peut-être mieux ne pas trop brusquer les Humains. En deux ans, les choses avaient déjà beaucoup changé… pour tout le monde…

« À tenter de réparer mes torts, je finirai peut-être par arriver à trouver le sommeil un jour. J’offrirai à mon enfant le monde le plus merveilleux qui soit, à défaut de jamais avoir pu l’offrir à Asriel ou Chara. »

Il soupira, appuyant sa tête au dossier de son fauteuil et ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PO : 553
Messages : 192
Date d'inscription : 08/05/2018
Dim 13 Jan - 22:19
"Tout dépend de toi à présent"


Test validé! Tu peux dès à présent commencer ta fiche

Si tu as la moindre question pour l'élaboration de cette dernière, nous restons à ton entière disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vrai Reset :: Présentation :: Jugement-
Sauter vers:
Ouvrir/Fermer la ChatBox